La BCGE doit payer une amende de 30'000 fr.

GenèveLes faits reprochés à la BCGE, qui a oublié d'annoncer ses dividendes, remontent au mois d'avril 2017.

L'amende de 30'000 francs prend également en compte le fait que la BCGE n'a pas été sanctionnée au cours des trois dernières années.

L'amende de 30'000 francs prend également en compte le fait que la BCGE n'a pas été sanctionnée au cours des trois dernières années. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque cantonale de Genève (BCGE) devra s'acquitter d'une amende de 30'000 francs infligée par le régulateur de la Bourse suisse, SIX Exchange Regulation. L'établissement genevois est sanctionné pour violation des dispositions concernant les devoirs d'annonce réguliers, indique mardi le groupe SIX.

Les faits reprochés à la BCGE remontent au mois d'avril 2017. A plusieurs reprises, la banque n'a pas annoncé ses dividendes à SIX Exchange Regulation dans les délais impartis et a procédé à des annonces erronées. Le régulateur reproche également un défaut d'annonce concernant la prise de fonction du nouveau président Gilbert Probst.

Violation de gravité moyenne

La violation des obligations liée aux dividendes est jugée de gravité moyenne pour une culpabilité de négligence grave, explique le communiqué. Concernant le nouveau président, la gravité est faible et la culpabilité de négligence légère.

L'amende de 30'000 francs prend également en compte le fait que la BCGE n'a pas été sanctionnée au cours des trois dernières années.

Sollicitée par AWP, la banque estime que SIX ne sanctionne qu'une «simple erreur et un retard de nature administrative» qui avaient été très rapidement corrigés. «Ils n'ont donc eu aucun effet sur le cours de l'action, ni occasionné des pertes pour la banque ou ses actionnaires.»

Enquête «classique et formelle»

Le régulateur avait ouvert cette procédure en octobre dernier. Eric Bourgeaux, directeur financier de la BCGE, avait alors reconnu les erreurs, tout en relativisant une enquête «classique et formelle».

Pour l'affaire des dividendes, la banque avait émis une information erronée. «Une simple erreur administrative», avait affirmé M. Bourgeaux. Le split par deux du titre BCGE lié à l'introduction de l'action unique n'avait pas été pris en compte, un oubli immédiatement détecté à l'interne à l'ouverture du négoce, selon le dirigeant.

Les faits reprochés suite à l'élection du président relèvent également de l'oubli, puisque la prise de fonction n'avait pas été signifiée le jour même sur le système de SIX, comme exigé, mais le surlendemain. «L'annonce avait toutefois été déjà faite, par voie de presse, et était inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée générale», avait rappelé le CFO.

Procédure revue

L'établissement a revu ses procédures internes suite à cette double erreur. Elle réalise depuis un contrôle en amont des données transmises via la plateforme d'annonce de SIX, par laquelle les sociétés cotées remplissent leur devoir d'annonce.

La banque encourait jusqu'à 10 millions de francs d'amende. Des pénalités financières lourdes ne sont toutefois infligées qu'en cas d'agissements graves et accomplis de manière intentionnelle. (ats/nxp)

Créé: 26.06.2018, 09h26

Articles en relation

L'initiative sur la dette de la BCGE est déposée

Genève Près de 10'000 personnes ont signé l'initiative demandant à la banque de rembourser au canton le montant de son sauvetage. Plus...

Initiative pour que la BCGE passe à la caisse

Débâcle à Genève Le parti Ensemble à Gauche veut que la banque sauvée de la faillite en 2000 par l'État rembourse 3,2 milliards de francs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.