Passer au contenu principal

Le bénéfice de Swiss pénalisé par le franc fort

Swiss International Air Lines (Swiss) a vu son bénéfice d'exploitation ajusté reculer sur un an de 56% à 22 millions de francs au 1er trimestre 2016.

Swiss poursuivra comme prévu la modernisation de sa flotte.
Swiss poursuivra comme prévu la modernisation de sa flotte.
Keystone

La fin du taux plancher a pesé sur la compagnie aérienne helvétique, en mains du groupe allemand Lufthansa.

«L'abandon du cours plancher de l'euro face au franc a eu des répercussions négatives sur les habitudes de réservation. Confrontées à des défis structurels, les compagnies du groupe Lufthansa renforceront encore leur concertation et exploiteront les potentiels de synergie», a déclaré Thomas Klühr, directeur général de Swiss, cité dans un communiqué diffusé mardi.

Les effets de change négatifs ont pu être partiellement compensés par la couverture des risques de change. L'impact de cette dernière s'est toutefois nettement amoindri par rapport à l'année précédente.

En comparaison annuelle, les produits d'exploitation ont diminué de 7% à 1,071 milliard. Swiss observe un recul de la demande sur son marché principal, qu'est la Suisse.

Swiss a transporté 3,498 millions de passagers au 1er trimestre, soit en léger recul en comparaison des 3,533 millions des trois premiers mois de 2015. Le nombre de vols a augmenté de 2,7% à 38'905. Le coefficient d'occupation de sièges est en légère baisse à 75,9%, contre 78,9% au 1er trimestre 2015.

Modernisation de la flotte

La compagnie poursuivra comme prévu la modernisation de sa flotte. Six Boeing 777-300 ER seront mis en service d'ici à la fin de l'année. «Cela permettra à Swiss de proposer pour la première fois une connexion internet à bord», peut-on lire dans le communiqué. Mi-juillet, elle sera la première compagnie mondiale à exploiter le nouveau Bombardier CS100.

«La vigueur du franc et ses incidences sur la compétitivité vont toutefois continuer à grever les revenus», précise l'entreprise. Cette dernière s'attend pour 2016 à un bénéfice d'exploitation ajusté légèrement inférieur à celui de l'année précédente.

En 2015, Swiss et 8564 collaborateurs ont réalisé un chiffre d'affaires de 5,04 milliards de francs, en recul de 3,5%. Le bénéfice d'exploitation avait grimpé de 34% à 453 millions.

Perte pour Lufthansa

De son côté, la maison-mère de Swiss, Lufthansa, a affiché au 1er trimestre 2016 une perte nette de 8 millions d'euros (8,8 millions de francs), contre un bénéfice de 425 millions un an plus tôt, gonflé à l'époque par la cession d'une part dans JetBlue.

La perte d'exploitation atteint 49 millions d'euros, moins que l'an dernier. Le chiffre d'affaires s'affiche en recul de 0,8% à 6,9 milliards d'euros, à cause d'une baisse de 4% des revenus du trafic.

«Nous ressentons dans le segment passagers et encore plus chez Lufthansa Cargo (l'activité fret, ndlr) une considérable pression sur les prix», a constaté dans un communiqué la directrice financière Simone Menne. Lufthansa est prise en tenaille entre la concurrence des compagnies low-cost et celle des acteurs du Golfe, très agressifs sur le segment premium.

Lufthansa affirme avoir fait face grâce à un abaissement «notable» de ses coûts - aidée en cela par la dégringolade du prix du pétrole, qui amoindrit ses frais de carburant. Mais ses comptes portent aussi la marque de coûts de démarrage d'une nouvelle filiale Eurowings, qui fédère sous un même toit les vols domestiques et européens de la compagnie mère Lufthansa et ceux de la compagnie à bas coûts Germanwings.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.