Bénéfice record pour la BCN en 2019

BanqueL'an passé a souri à la Banque cantonale neuchâteloise, qui a vu son bénéfice augmenter.

L'exercice 2019 a réservé quelques bonnes surprises à l'établissement bancaire neuchâtelois.

L'exercice 2019 a réservé quelques bonnes surprises à l'établissement bancaire neuchâtelois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Volumes, recettes et bénéfice, la Banque cantonale neuchâteloise (BCN) a connu en 2019 une croissance quasi généralisée. Principale ombre au tableau, les opérations d'intérêts, coeur de métier de l'établissement, ont reculé malgré une progression des crédits hypothécaires. Les taux négatifs ont pesé sur la marche des affaires, une tendance négative qui va se poursuivre en 2020.

Comparer l'évolution des créances hypothécaires et celle des revenus d'intérêts permet de mesurer l'étendue du problème que représentent les taux négatifs pour la BCN et l'ensemble du secteur bancaire. Les volumes ont progressé de 1,9% sur un an à 7,95 milliards de francs alors que le résultat brut tiré de cette activité s'est contracté de 2,2% à 97 millions, selon les indications fournies mardi.

«Donné un peu d'air»

«Les marges sont sous pression, mais cela fait 20 ans (...). Je pense que l'on verra une correction sur ce phénomène lorsqu'on verra une situation un peu plus tendue sur le marché immobilier et que les acteurs devront reconstituer des marges pour rémunérer le risque de manière plus correcte», a affirmé en conférence de presse le directeur général Pierre-Alain Leuenberger. En 2019, la BCN a connu une croissance hypothécaire «conforme au marché neuchâtelois».

Le résultat net des opérations d'intérêts, qui comprend la couverture du risque, a enregistré une hausse de 0,9% à 96,7 millions. Le récent assouplissement de la base de calcul des taux négatifs pour les banques a «donné un peu d'air» à la BCN, a précisé Pierre-Alain Leuenberger. La perspective d'une ponction des comptes d'épargne s'est éloignée. Quelques clients fortunés sont soumis aux négatifs.

Bonne tenue de la gestion de fortune

Dans ce contexte difficile, les autres activités ont compensé la faiblesse de la principale. Les recettes issues des opérations de négoce se sont ainsi envolées de 27% à 11,5 millions, en raison de transactions sur devises réalisées pour propre compte.

La gestion de fortune a permis de générer des revenus à hauteur de 26,3 millions (0,9%). Le produit d'exploitation s'est enrobé de 2,3% à 137,8 millions. Les charges ont pris 1,5% à 67,6 millions de francs. Le cadre règlementaire continue de se densifier et nécessite d'intégrer de plus en plus rapidement de nouvelles solutions technologiques, précise le communiqué. Pour chaque franc gagné, la banque dépense près de 49 centimes pour couvrir ses frais.

Un million de plus pour le canton

Le résultat opérationnel a gonflé de 9,4% à 64,4 millions, alors que le bénéfice net a pris 2,7% à 40,6 millions. Le canton de Neuchâtel va profiter de cette hausse et recevra 28 millions de francs de la BCN, soit un million en plus qu'au titre de 2018. La somme au bilan s'est étoffée de 6,6% à 11,56 milliards. Les dépôts clientèle ont atteint 6,41 milliards ( 2,2%).

Le président Jean Studer, qui a pris ses fonctions en juillet après avoir siégé 12 ans à la tête du conseil de la Banque nationale suisse (BNS), a souligné dans son allocution que le changement relatif que cela représente. «La BCN a une importance considérable pour le canton» comme la BNS pour la Suisse, a déclaré l'ancien conseiller d'Etat et ex-conseiller aux Etats neuchâtelois.

Pas de prévisions pour 2020

Mais la Banque nationale suisse (BNS) est aussi à l'origine des taux négatifs. «Cette expérience m'amène certes à considérer que les taux négatifs créent un environnement défavorable pour les banques. Je constate qu'à l'instar de la BCN, les banques arrivent néanmoins à trouver des solutions. Je pars du principe que la BNS mène une politique générale dans l'intérêt général du pays et pas pour un secteur économique particulier», a relativisé le Neuchâtelois.

«Je n'ai pas à l'égard de la politique que mène la BNS la même virulence dans les propos que j'entends parfois d'autres acteurs bancaires», a souligné Jean Studer. Le président a rappelé que la politique accommodante menée par la BNS a des effets positifs pour les marchés financiers, ce qui profite par ricochet aux banques.

La BCN ne fournit aucune prévision chiffrée pour 2020, mais prédit la poursuite d'une pression sur la marge d'intérêt en raison des taux négatifs et table sur une «stabilisation des résultats». (ats/nxp)

Créé: 19.02.2020, 11h25

Articles en relation

La BCN a accru son bénéfice net en 2016

Banque L'établissement neuchâtelois a réalisé un résultat solide, l'année passée. Plus...

La BCN serre la vis après les attaques de bancomats

Neuchatel La banque met hors service trois appareils situés en zone frontalière et limite le cash dans ses 55 autres distributeurs. Plus...

La BCN a accru son résultat net l'an dernier

Banque La Banque cantonale neuchâteloise (BCN) va pouvoir rétribuer les Finances cantonales à hauteur de 23,5 millions, soit un million de plus que l'année précédente. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.