Berne ne craint pas la réforme de Trump

FiscalitéLa récente révision de la fiscalité aux Etats-Unis ne devrait pas faire partir en nombre les sociétés américaines établies en Suisse, estime Johann Schneider-Ammann.

Johann Schneider-Ammann ne voit pas d'exode pour l'instant.

Johann Schneider-Ammann ne voit pas d'exode pour l'instant. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre de l'Economie Johann Schneider-Ammann ne pense pas que la nouvelle réforme fiscale promulguée par Donald Trump provoque un exode des firmes américaines. La Suisse aussi, défend-il, a de bons arguments.

Le conseiller fédéral ne craint pas vraiment que ces entreprises décident de rentrer au pays, explique le Bernois lors d'un entretien avec le journal alémanique Schweiz am Wochenende. Le ministre reconnaît néanmoins que l'offre fiscale du président américain est alléchante. Et les firmes vont certainement se demander si le temps est venu pour elles de rapatrier leurs affaires.

Mais elles devront aussi prendre en compte la durabilité de cette offre. Or pour l'heure celle-ci n'est pas si claire. Quiconque a déjà dû transférer son siège social, sait, à quel point la manoeuvre est coûteuse et fastidieuse, abonde Johann Schneider-Ammann.

Conditions attractives

Ce dernier rappelle que les entreprises américaines ont déjà des conditions attractives en Suisse. Et la Confédération a entre ses mains les moyens de rester attrayante grâce notamment au Projet fiscal 17 - soit la relance de la 3e réforme de la fiscalité des entreprises - et à l'amélioration constante des autres conditions générales.

Le président américain Donald Trump a promulgué le 22 décembre 2017 la plus importante réforme fiscale de ces trente dernières années. Le texte abaisse notamment le taux d'imposition des sociétés de 35% à 21%. Il offre aussi, mais pendant une durée limitée, aux entreprises américaines la possibilité de rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%. (ats/nxp)

Créé: 20.01.2018, 08h58

Articles en relation

Réforme fiscale: Apple va payer 44 milliards

Etats-Unis Le groupe californien va devoir s'acquitter de dizaines de milliards de dollars sur les bénéfices réalisés à l'étranger. Plus...

Avec la réforme fiscale, Fiat Chrysler investit

Etats-Unis A la suite de la réforme fiscale, Fiat Chrysler va investir un milliard de dollars dans une usine et verser une prime à ses employés américains. Plus...

Un calendrier serré pour la réforme de la fiscalité

Suisse Le Conseil fédéral propose un rythme soutenu pour que les premières mesures puissent s'appliquer dès 2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...