Berne n'a pas le temps de baisser le prix des médicaments

SantéLe système en vigueur de l'Office fédéral de la santé publique ne lui permet pas de répercuter rapidement l'abolition du taux plancher. Et l'OFSP est submergé de travail.

Les prix des médicaments pourraient ne connaître aucune évolution cette année.

Les prix des médicaments pourraient ne connaître aucune évolution cette année. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Consommateurs, caisses maladie et Monsieur Prix ont beau s'égosiller, le prix des médicaments étrangers en Suisse ne baissera pas de sitôt, malgré la fin du taux plancher annoncée en janvier par la BNS.

En cause, le système de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). D'une part, il calcule le taux de change pour les médicaments sur la base d'une moyenne allant de février jusqu'à la fin de l'année suivante. Et comme la BNS a aboli le taux plancher le 15 janvier, les prix vont rester stables, explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 7 avril 2015.

Manque de temps et de ressources

D'autre part, seul un tiers des médicaments voit ses prix indexés chaque année bien que des voix s'élèvent pour exiger que tous les produits soient soumis à cette procédure. Sans succès jusqu'à présent.

Et l'exercice de cette année pourrait bien tomber à l'eau car l'OFSP travaille actuellement sur l'adaptation de l'ordonnance qui fixe les prix des médicaments et qui ne devrait pas entrer en vigueur avant la fin juin.

Or les groupes pharmaceutiques doivent noter les prix étrangers au 1er avril et les transmettre à l'administration fédérale d'ici la fin mai. Afin que les nouveaux prix soient annoncés à l'automne.

L'OFSP est actuellement bien occupé avec le travail sur l'ordonnance et pourrait n'avoir ni le temps ni les ressources d'entreprendre cette révision des prix. Ce qui signifie que si aucun changement n'est exigé cette année, le taux va rester entre 1,27 et 1,29 franc pour un euro jusqu'à l'automne... 2016.

Incertitudes à l'OFSP

Résultat: les Suisses payeront cette année près de 800 millions de francs excédentaires pour leurs produits de santé. Somme qu'ils pourraient économiser avec un taux de 1,05 franc, a estimé Stefan Meierhans, le préposé à la surveillance des prix.

Les milieux politiques s'étranglent, parlant d'un cadeau à l'industrie pharma. Cette dernière devra toutefois faire le deuil de la marge de tolérance de 5% appliquée jusqu'à présent par la Confédération. En 2014, les fabricants de médicaments ont eu droit à un taux de 1,29 franc pour un euro alors que la moyenne fixée par l'OFSP était de 1,23.

L'OFSP n'a pas voulu indiquer quand aura lieu le prochain examen des prix. Le Conseil fédéral doit statuer dans les prochaines semaines sur l'ordonnance des prix des médicaments, a précisé une porte-parole.

(nxp)

Créé: 07.04.2015, 10h12

Articles en relation

Les médicaments ne profitent pas de la baisse de l'euro

Crise du franc fort Les Suisses vont payer 800 millions de francs en trop en 2015 pour leurs médicaments car la baisse de l'euro ne sera pas répercutée sur les prix. Plus...

Le franc fort divise les pharmas et les assureurs

Prix des médicaments Assureurs et pharmas sont divisés quant à la stratégie à adopter concernant le franc fort. Si les prix des médicaments étaient adaptés tout de suite au cours actuel, le potentiel d'économies serait important, selon santésuisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...