Berne tape une fois de plus sur l’Aéroport de Zurich

Transport aérienL’Office fédéral de l’aviation civile ordonne au principal aéroport suisse de baisser de 15% ses redevances.

L’ajustement des redevances provoquerait un manque à gagner de 60 millions pour l’entreprise exploitant l’aéroport de Zurich.

L’ajustement des redevances provoquerait un manque à gagner de 60 millions pour l’entreprise exploitant l’aéroport de Zurich.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grande inquiétude sur le tarmac de Kloten et dans tout Zurich. L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) vient d’ordonner à la société exploitant l’aéroport de Zurich (Flughafen Zürich AG) de baisser de 15% ses redevances aéroportuaires, dès avril. Cotée au SIX Swiss Exchange depuis dix-neuf ans, l’action de l’établissement a souffert mardi, jusqu’à la clôture.

L’administration fédérale défend sa décision en invoquant une raison apparemment implacable: la direction de Kloten enfreindrait le principe de redevances se limitant à une couverture des coûts inhérents aux activités aéroportuaires. À commencer par la sécurité, le stationnement des aéronefs ou le traitement des bagages.

«Faux! réplique l’Aéroport de Zurich. Nous ne manquons pas au principe de la simple couverture des coûts.» Le message s’avère d’autant plus clair que la société a déjà annoncé son intention d’interjeter un recours contre le décret de l’OFAC. Une appréciable baisse des redevances est en outre déjà prévue à Kloten, à partir du printemps prochain. À cela s’ajoute une information de poids: l’ajustement des redevances, imposé par l’autorité compétente, provoquerait un manque à gagner de 60 millions de francs dans les comptes de l’entreprise.

Environ 5 francs par billet

Ces tiraillements entre Berne et Zurich suscitent de grandes interrogations. Comment défendre une baisse des redevances aéroportuaires, payées en partie par les passagers eux-mêmes, à raison d’environ 5 francs sur chaque billet d’avion? De nos jours, les tendances politiques dominantes insistent davantage sur la pertinence d’augmenter le prix des voyages en avion. Les élections fédérales ont en plus confirmé, ces dernières semaines, le rayonnement de cette vision de l’avenir.

L’OFAC a lui-même soutenu, en juin, la majoration de surtaxes d’atterrissage à l’aéroport de Zurich, afin de réduire les nuisances sonores tard dans la soirée. Mais les préoccupations écologiques ne dissipent pas tous les soupçons d’acharnement sur les bords de la Limmat.

Le 12 novembre 2018, l’OFAC recommandait ainsi une augmentation en 2020 des taxes sur les bénéfices tirés d’activités commerciales dans les zones internationales de l’aéroport: de 30% à 50%. Et le barème devait passer de 30% à 75% sur les recettes provenant des parkings. Le jour de cette annonce, le titre de Flughafen Zürich perdait 9%, moins de deux heures après l’ouverture de la Bourse suisse. Sept mois après, le Conseil fédéral renonçait à l’élévation de ces taxes.

Un an plus tard, mardi, l’action de l’Aéroport de Zurich ne reculait certes que de 2,95%. Mais le climat n’en est pas moins plombé. «Cela démontre que le degré d’exposition de l’action de cette société à des facteurs politiques s’avère extraordinaire», estiment les analystes financiers de la Banque Cantonale de Zurich. Et cela ne date pas d’hier.

Actionnaires prévenus

Le Canton de Zurich détient au moins un tiers du capital du principal aéroport helvétique, plus une action. La part de la Ville atteint 5%. «Les actionnaires de l’Aéroport de Zurich doivent se préparer à des temps plus durs», ont déjà prévenu l’été dernier des spécialistes de Berenberg Bank.

Cette banque privée hambourgeoise a en plus publié une étude approfondie sur cinq tarmacs européens. Conclusion de ses analystes: les actions des sociétés exploitant les aéroports de Francfort et de Zurich sont recommandées à la vente. Autrement dit, les ports d’attache du groupe Lufthansa et de celui de sa filiale bâloise Swiss International Air Lines, le home carrier de Kloten.

En juillet, Berenberg Bank articulait un objectif de cours à 151 francs pour Kloten. Le titre s’élevait à 168 francs mardi soir, à la clôture.

Créé: 12.11.2019, 20h57

Articles en relation

Des militants écologistes pourraient bloquer l’Aéroport de Genève

Genève Le groupe «Extinction Rebellion» annonce une «action de blocage» le samedi 16 novembre. La police assure être «au courant». Plus...

Corruption à l'aéroport de Cointrin: une société perd son contrat

Genève Prévenu, le directeur est soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin à l’ancien chef de la sûreté. Plus...

Un protocole pour apaiser les relations riverains - aéroport

Lausanne Lausanne a mené une étude sur «la gêne» provoquée par la Blécherette. Tout est en règles mais des efforts sont consentis. Plus...

Nouveau recours contre un appel d’offres d’un secteur de l’aéroport

Genève La prévention du péril animalier est mise au concours pour la deuxième fois en un an. Un candidat s’estime lésé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...