Passer au contenu principal

Scandale FIFAIl a bien blanchi de l'argent depuis les banques suisses

Un ancien employé de Julius Bär et UBS, accusé par la justice américaine de corruption et de blanchiment d'argent, s'est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés.

Jorge Luis Arzuaga, ce 15 juin 2017.
Jorge Luis Arzuaga, ce 15 juin 2017.
AFP

Jorge Luis Arzuaga, ressortissant argentin, est accusé de blanchiment d'argent lié au versement de pots-de-vins à hauteur de plusieurs millions de dollars à des hauts cadres de la FIFA, a indiqué le ministère américain de la Justice (DoJ) jeudi soir.

L'aveu de culpabilité fait suite à un accord passé avec le parquet, précise le communiqué. A partir de 2010, Jorge Luis Arzuaga a administré auprès des deux banques les comptes d'une société argentine de marketing sportif, par lesquels transitaient les pots-de-vin. A cette occasion, il a fondé des sociétés-écrans et ouvert des comptes, dont le bénéficiaire réel était un haut cadre du football argentin, précise le DoJ.

Bonus: 1 million

Après le décès du fonctionnaire en question, Jorge Luis Arzuaga a continué de transférer les fonds à ses héritiers. Pour ses bons offices, l'Argentin a perçu des bonus pour plus de 1 million de dollars (autant de francs suisses). Il a travaillé jusqu'en 2010 pour UBS, puis jusqu'en 2015 pour Julius Bär.

Le nom du haut cadre décédé n'est pas cité dans le communiqué, mais il s'agit vraisemblablement de l'ancien président de la Fédération d'Argentine de football et vice-président de la FIFA, Julio Grondona, mort en septembre 2014.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.