Passer au contenu principal

Blanchiment de charbon tchèque: Divis se révolte

L'ancien basketteur pro du Fribourg Olympique a été jugé en Suisse dans une affaire portant sur 650 millions de francs.

«Comment Berne peut-il juger de la cession d’un combinat minier en Tchécoslovaquie il y a près de vingt ans?» lance Jiri Divis.
«Comment Berne peut-il juger de la cession d’un combinat minier en Tchécoslovaquie il y a près de vingt ans?» lance Jiri Divis.
LAURENT GUIRAUD

Qui se soucie encore de cette gigantesque affaire de blanchiment d’argent en lien avec la République tchèque, jugée il y a deux ans? Les six accusés ont été reconnus coupables par le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone en octobre 2013, certains écopant de plus de quatre ans d’emprisonnement ferme.

Dossier classé, rangé, archivé. Mais pas aux yeux de Jiri Divis. Cet ancien basketteur pro du Fribourg Olympique dans les années 80 — étudiant en droit, il avait faussé compagnie au reste de son équipe praguoise, et au régime communiste, lors d’une tournée en Suisse en 1979 — a été condamné à 46 mois et 34 millions de francs de dédommagement. Citoyen suisse, il a été reconnu coupable d’escroquerie contre l’Etat tchèque et de blanchiment d’argent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.