La BNS ne devrait pas changer de cap

Politique monétaireLes observateurs n'attendent pas de modification de ligne de la part de la Banque nationale lors de sa présentation jeudi de la situation économique et monétaire.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'examen jeudi par la Banque nationale suisse (BNS) de la situation économique et monétaire ne devrait pas secouer les marchés. Les observateurs n'attendent en principe aucune surprise, l'institut d'émission devant opter pour le statu quo.

Le point intéressant jeudi est constitué par la collusion de date avec la fin du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed). Simplement, la BNS divulguera sa décision à 9h30, alors que son homologue américaine le fera vers 20h00, avec le suspens quant à savoir si elle relèvera ou non ses taux d'intérêt.

Pas de raison de changer

Si la direction prise par la Fed donnera un signal a posteriori, les économistes contactés par l'ats ne pensent toutefois pas que la BNS va changer sa politique monétaire. Pour les experts de la Banque cantonale de St-Gall, la banque centrale n'a aucune raison de modifier la situation qui prévaut. Des intérêts négatifs aux montants exonérés pour les établissements financiers, la BNS ne bouleversera rien, selon eux. Le fait que les conditions générales se soient sensiblement améliorées, avec l'affaiblissement du franc suisse, n'empêchera pas de maintenir la politique actuelle.

L'économie helvétique n'est pas entrée en récession, malgré l'abandon du cours plancher à la mi-janvier. Après à un léger repli de l'activité économique au premier trimestre, celle-ci s'est reprise au deuxième trimestre. Et les perspectives sont nettement meilleures. Le franc a perdu de sa force ces derniers jours, ce qui donne une petite bouffée d'oxygène à l'industrie d'exportation.

Selon la Banque cantonale de St-Gall, malgré la détente sur le marché des changes, la BNS continuera évidemment dans son discours à considérer le franc comme surévalué. Il est par ailleurs probable que l'institut d'émission considère comme risqué la situation en Chine et dans les pays émergents. Les économistes de la banque cantonale partent du principe que la BNS jugera jeudi les conditions générales de politique monétaire peu différentes qu'en juin.

Yeux tournés vers les Etats-Unis

Du côté de la Fed, les marchés attendent depuis un an que l'institut central abandonne sa politique d'intérêt zéro. Ils sont à l'affût d'une potentielle hausse des taux d'intérêt. Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, a ajourné coup sur coup une telle augmentation. Il s'avère bien difficile de prévoir la direction que la banque centrale la plus puissante au monde va prendre. Sur cette question, les avis divergent.

Les économistes du groupe bancaire Raiffeisen anticipent le statut quo. Suite aux turbulences en Chine, il est peu probable que la Fed relève ses taux neuf ans après leur dernière hausse, écrivent-ils. Les experts de Credit Suisse tablent quant à eux sur un relèvement. Ils justifient leur position par le développement économique solide aux Etats-Unis. Le risque demeure toutefois que la Fed ajourne sa décision, en raison de la conjoncture chinoise, temporisent-ils.

Pour certains observateurs du marché, il est clair que la Fed relèvera tôt ou tard ses taux. Un taux de chômage en août de 5,1% soit quasiment le plein-emploi et une politique d'intérêt zéro ne s'accordent tout simplement pas, selon eux. (ats/nxp)

Créé: 15.09.2015, 15h24

Articles en relation

Nick Hayek s'en prend à nouveau à la BNS

Politique monétaire Le patron de Swatch Group réitère ses critiques contre le directoire de la Banque nationale suisse (BNS). Plus...

Les réserves en devises étrangères de la BNS gonflent

Actifs Les réserves de devises étrangères de la Banque nationale suisse (BNS) ont augmenté en août, pour le deuxième mois consécutif. Plus...

La BNS continue de tabler sur un franc affaibli

Politique monétaire Les taux d'intérêt négatifs et le fait que la BNS est prête à intervenir sur le marché des devises «devraient avec le temps contribuer à un affaiblissement du franc», estime Thomas Jordan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...