Le franc fort coûte moins cher qu'avant à la BNS

Marché des changesLa Banque nationale suisse (BNS) a dû moins intervenir l'an dernier sur le marché des changes pour lutter contre l'appréciation du franc.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'institution monétaire a acquis des devises à hauteur de 48,2 milliards de francs, après 67,1 milliards en 2016.

Les interventions ont eu lieu surtout dans des périodes d'incertitude, durant lesquelles le franc était très recherché comme placement sûr, indique la BNS dans son rapport de gestion publié jeudi. Le premier semestre 2017 a été marqué par une forte incertitude en Europe sur le plan politique.

A l'issue des élections en France, le franc a commencé à faiblir début juillet face à l'euro, une tendance qui s'est poursuivie, résume la BNS. Dès septembre, la devise helvétique a aussi cédé du terrain vis-à-vis du dollar américain.

Moins de tension

La pression sur la valeur-refuge franc a diminué en conséquence. En termes nominaux, la valeur extérieure du franc pondérée par le commerce extérieur a fléchi d'environ 5% au 2e semestre, précise la banque centrale. En termes réels, le repli s'avère un peu plus marqué du fait de l'inflation plus basse en Suisse qu'à l'étranger.

«En décembre, la valeur extérieure du franc pondérée par le commerce extérieur avait quasiment retrouvé son niveau d'avant la suppression du cours plancher le 15 janvier 2015», écrit la BNS. L'euro s'échange actuellement à 1,17 franc, contre 1,07 franc voici un an.

Mais au vu de la situation fragile sur le marché des changes, elle n'exclut pas la recrudescence des pressions à la hausse. Pour mémoire, la BNS table sur une croissance du produit intérieur brut d'environ 2% cette année. (ats/nxp)

Créé: 22.03.2018, 10h09

Articles en relation

Le franc fort ne freine pas les créations d'entreprise

Economie Greater Geneva Berne area a permis l'implantation de 88 nouvelles entreprises l'an dernier, plus du double qu'en 2016. Plus...

Trois ans après, la Banque nationale contestée, en dépit de ses profits

Choc du franc fort Bénéfices records de 54 milliards pour la BNS. Pourtant le Blick qualifie sa politique d'erreur. Le PS exige un retour du taux plancher. Pour l'économiste français Patrick Artus, la Suisse «ne maîtrise plus sa monnaie» Plus...

La BNS fait un bénéfice record de 54 milliards

Politique monétaire Tirant notamment profit de l'affaiblissement du franc, l'institut d'émission a dégagé un bénéfice de 54 milliards de francs, plus du double des 24,5 milliards affichés en 2016. Plus...

Le galop de l’euro fait oublier le «franc fort»

Change et devises Trois ans après le «choc» du franc fort du 15 janvier 2015, l’euro se venge. Pas de risque en vue, selon l’économiste de Lombard Odier. Plus...

La BNS a dû payer 200 milliards pour le franc

Conjoncture Malgré la fin du taux plancher entre l'euro et le franc il y a 3 ans, la Banque nationale suisse a déboursé une somme colossale pour défendre notre monnaie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...