La BNS soutiendra le marché en cas de Brexit

BourseLa BNS est prête à acheter des devises étrangères pour empêcher que le franc suisse ne s’apprécie trop.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse s’est voulue rassurante jeudi sur les conséquences sur le franc suisse d’une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit). Lors de la conférence habituelle de juin sur la situation économique et monétaire actuelle, Thomas Jordan a souligné qu’un «Brexit ne fait pas partie de notre scénario privilégié». Pourtant, a tenu à compléter le président du directoire de la Banque nationale suisse (BNS), «nous suivons les marchés de très très près et agirons le cas échéant pour les stabiliser et réduire les exagérations».

Thomas Jordan a aussi expliqué que les outils actuels de la BNS pour mener à bien sa politique monétaire «jouissent d’une marge de manœuvre suffisante». Pour rappel, il s’agit des taux d’intérêt négatifs sur les comptes de virement des banques auprès d’elle et des achats de devises étrangères sur les marchés. On comprend d’une part que la BNS ne prévoit pas de mettre en place d’autres outils et, d’autre part, qu’elle achètera probablement davantage de devises étrangères qu’elle ne le fait actuellement pour abaisser la valeur du franc en cas de Brexit, le seul des deux moyens à disposition assurant un effet rapide sur les marchés.

Depuis le début d’année, la BNS a dû acheter pour plus de 20 milliards de francs de devises étrangères afin de réduire l’augmentation de la valeur du franc par rapport à la monnaie unique. Récemment, «la volatilité s’est déjà accrue sur les marchés financiers» à cause de la question du Brexit, a poursuivi le président. En cas d’acceptation du référendum en fin de semaine prochaine, le franc suisse pourrait fortement s’apprécier, selon les milieux financiers. Il serait recherché comme monnaie refuge dans une période de fortes turbulences économiques et politiques, mouvement déjà à l’œuvre ces derniers jours depuis que des sondages annoncent ce scénario du Brexit plus probable qu’auparavant.

Taux réels assez éloignés

Comme la Banque centrale européenne (BCE) en début du mois, et celle des Etats-Unis (Fed) mercredi soir, la BNS n’a pas annoncé de changement quant à sa politique monétaire expansionniste. Thomas Jordan a estimé «que la différence de taux d’intérêt réels (c’est-à-dire corrigés de l’inflation) entre la Suisse et la zone euro est toujours suffisante, malgré une hausse des attentes d’inflation suisse» à – 0,4% pour 2016, contre – 0,8% annoncé en mars. Cela réduit l’écart de taux réel avec la zone euro, rend le franc suisse plus attractif, et augmente sa valeur, ce contre quoi la BNS se bat ces dernières années. Un abaissement du taux d’intérêt négatif ne semble ainsi actuellement pas nécessaire.

Créé: 16.06.2016, 22h11

Articles en relation

La BNS ne modifie pas ses taux

Suisse Jeudi, la Banque nationale a annoncé qu'elle maintenait sa prévision de croissance pour 2016. Plus...

Les craintes d'un Brexit pèsent sur le SMI

Marché financier Les craintes d'un Brexit, alimentées par les derniers sondages, ont continué à peser jeudi sur les marchés, notamment en Suisse. Plus...

Le Financial Times plaide pour le maintien dans l'UE

Brexit Le tabloïd The Sun, le journal le plus vendu dans le pays, a pris position en début de semaine pour une sortie de l'UE. Plus...

Deux sondages renforcent le camp du «Leave»

Brexit La Banque d'Angleterre (BoE) a mis jeudi en garde contre les risques que représente le référendum sur l'UE. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.