Passer au contenu principal

EmploiBombardier veut biffer 62 emplois cette année

La réduction d'effectif concerne l'ensemble des sites helvétiques, à savoir Zurich, Villeneuve (VD) et Winterthour (ZH).

Bombardier indique regretter les mesures.
Bombardier indique regretter les mesures.
Archives, Keystone

Bombardier Transportation veut supprimer 68 emplois d'ici à deux ans sur le millier qu'il compte en Suisse. Le fabricant canadien de matériel ferroviaire, qui a ouvert jeudi une procédure de consultation à cet effet, entend en tracer déjà 62 cette année.

La mesure s'insère dans le cadre du programme de transformation annoncé en février dernier à l'échelle de l'ensemble de groupe, lequel produit également des aéronefs, précise Bombardier Transportation. La réduction d'effectif concerne l'ensemble des sites helvétiques, à savoir Zurich, Villeneuve (VD) et Winterthour (ZH).

La restructuration ne touchera toutefois pas les activités relatives aux projets stratégiques en Suisse, soit notamment ceux des futures rames à deux étages TwinDexx Express des CFF et des trams commandés par les transports publics de Zurich (VBZ). La réorganisation interviendra dans le cadre du plan social déjà existant.

Bombardier, dont la division Bombardier Transportation est basée à Berlin, indique regretter les mesures. L'unité du groupe canadien, active dans 60 pays avec quelque 39'400 collaborateurs, précise vouloir oeuvrer à la recherche de solutions avec les représentants du personnel afin d'éviter autant que possible les licenciements.

Perte opérationnelle

En début d'année, le groupe avait annoncé son intention de supprimer environ 7000 postes, principalement dans la production, en 2016 et 2017, en vue de ramener à 64'000 son effectif dans le monde. Sur l'année 2015, le chiffre d'affaires de Bombardier s'est élevé à 18,17 milliards de dollars (17,9 milliards de francs), en baisse de 9,6% sur un an.

Le bénéfice hors éléments exceptionnels a quant à lui été divisé par près de deux à 326 millions de dollars. Au niveau de son résultat opérationnel avant intérêts et impôts, le groupe a essuyé une perte de 4,84 milliards de dollars, contre 566 millions un an plus tôt.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.