Le Brésil se félicite de l’ardeur helvétique dans le cas Petrobras

Blanchiment Les relations sont au beau fixe entre Berne et Brasília. Avec l’Ukraine, l’argent reste bloqué depuis un an.

Directeur de Petrobras, Paulo Roberto Costa a été l’un des premiers responsables à être condamnés dans ce vaste scandale.

Directeur de Petrobras, Paulo Roberto Costa a été l’un des premiers responsables à être condamnés dans ce vaste scandale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La question des potentats ayant caché leurs fonds en Suisse rebondit avec un scandale qui secoue la Malaisie. De l’argent douteux appartenant au premier ministre malaisien Najib Razak a-t-il été déposé en Suisse? Mercredi dernier, le Ministère public de la Confédération (MPC) a annoncé «examiner soigneusement» tout document lié à cette affaire. Les autres cas de fonds détournés par des potentats ou des dirigeants de groupes industriels connaissent des fortunes diverses. Pas un centime des quelque 100 millions de francs bloqués l’an dernier dans les cas ukrainiens n’a encore été remis à Kiev. En revanche, le Brésil se montre satisfait de la Suisse dans le traitement du sensible dossier «Petrobras», qui secouera encore longtemps le pays.

C’est un immense schéma de corruption et blanchiment d’argent qui ébranle le Brésil depuis plus d’un an et qui ne semble jamais finir. Chaque semaine, le pays assiste à un nouveau «rebondissement», de nouvelles arrestations et voit les plus grandes entreprises de BTP et du secteur énergétique être impliquées dans ce gigantesque système de pots-de-vin qui a coûté près de 2 milliards de francs à l’entreprise pétrolière Petrobras. Fin avril, un premier directeur tombait: Paulo Roberto Costa était assigné à résidence jusqu’en octobre 2016 pour blanchiment d’argent et participation à une organisation criminelle.

D’autres grands groupes industriels sont accusés d’avoir fraudé les appels d’offres de Petrobras «en se mettant d’accord entre eux, lors de réunions secrètes, sur le vainqueur» ainsi que sur le prix, estime le Ministère public brésilien. Et ces mêmes groupes auraient versé des pots-de-vin d’un montant de 1 à 5% du contrat obtenu avec Petrobras, d’une part à des dirigeants du géant pétrolier et d’autre part à des partis politiques. Pour ce faire, ces groupes ont utilisé plusieurs places financières étrangères et des entreprises qui n’étaient «que des façades, sans employés ni activité réelle» toujours selon le Ministère public.

De Brasília à Berne

L’équipe responsable de cette opération est désormais composée de 30 procureurs et elle est parvenue à ces résultats grâce à deux instruments judiciaires primordiaux. D’une part, «la délation récompensée», qui existe au Brésil depuis 2003 et qui permet à un accusé de voir sa peine fortement réduite grâce à sa collaboration avec la Justice. A ce jour, 28 accusés et six entreprises ont opté pour ce schéma qui a permis de comprendre les ressorts de la corruption. D’autre part, c’est grâce à la coopération internationale que le Brésil a su où était lavé et caché l’argent. Parmi les 53 pays qui ont coopéré, la Suisse a été un partenaire jugé «exceptionnel» par Carlos Bruno, directeur de la Coopération internationale au Ministère de la justice: «Sans la Suisse, nous ne serions jamais allés aussi loin dans l’enquête et ce pays est devenu notre principal partenaire.» Les procureurs brésiliens se sont rendus plusieurs fois à Berne pour échanger des informations avec leurs homologues suisses. A ce jour, 400 millions de dollars ont été bloqués en Suisse, considérés comme issus du blanchiment d’argent, et 120 millions ont déjà été rapatriés au Brésil. «L’image de la Suisse auprès des Brésiliens a fortement évolué grâce à cette coopération judiciaire», considère André Regli, ambassadeur suisse à Brasília.

L’enjeu est aussi crucial pour l’économie brésilienne. Petrobras, qui emploie 88 000 salariés, a toujours eu un effet multiplicateur sur le reste de l’économie brésilienne. Et ce géant, dont le bénéfice s’est écroulé vendredi de 89%, a aussi perdu plus de 57% de sa valeur en bourse depuis un an. Ses mauvais résultats, alliés à un effondrement du prix du pétrole et à une baisse de son investissement de près de 37%, font craindre de nouveaux retards dans l’exploitation de nouveaux champs de pétrole, découverts en 2005. (24 heures)

Créé: 10.08.2015, 07h29

Articles en relation

Perquisition attendue dans le scandale Petrobras

Enquête antiblanchiment Le Brésil demande un raid au domicile genevois de celui qui est au cœur du volet suisse du cas de corruption lié au géant pétrolier. Plus...

Des milliers de Brésiliens dans la rue contre la corruption

Manifestations Des dizaines de milliers de Brésiliens sont à nouveau descendu dans la rue pour manifester contre la présidente Dilma Rousseff, empêtrée dans un scandale de corruption touchant le groupe pétrolier d'Etat Petrobras. Plus...

La Suisse ouvre une enquête contre Odebrecht

Scandale Petrobras La justice suisse a ouvert une enquête contre le groupe brésilien Odebrecht dans le cadre du scandale de corruption touchant le géant pétrolier Petrobras. Plus...

La Suisse libère 120 millions de dollars pour le Brésil

Blanchiment d'argent Ces fonds, selon la justice helvétique, sont issus des affaires de corruption qui entachent la société Petrobras. Plus...

Des banques genevoises liées à l’affaire Petrobras

Soupçons de blanchiment Des cadres corrompus de la société brésilienne disent avoir caché de l’argent sale sur territoire helvétique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.