Passer au contenu principal

Bruxelles suspecte une entente cartellaire entre Novartis et J&J

Les groupes pharmaceutiques bâlois Novartis et américain Johnson & Johnson se seraient entendus pour retarder la mise sur le marché aux Pays-Bas d'un médicament générique.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Keystone

La Commission européenne a adressé une communication des griefs aux groupes pharmaceutiques bâlois Novartis et américain Johnson & Johnson. Elle soupçonne ceux-ci de s'être entendus pour retarder la mise sur le marché aux Pays-Bas d'un médicament générique.

Il s'agit de la deuxième phase de l'enquête de la Commission, ouverte en octobre 2011, concernant le Fentanyl, un analgésique plus puissant que la morphine.

«Si nos conclusions préliminaires se confirment, les filiales néerlandaises de Johnson & Johnson et de Novartis ont conclu un accord au terme duquel elles évitaient de se faire concurrence, ce qui a empêché les utilisateurs du Fentanyl aux Pays-Bas d'avoir accès à un anti-douleur moins cher», explique le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia, dans un communiqué publié jeudi.

«La Commission est déterminée à combattre les retards injustifiés d'entrée sur le marché de médicaments génériques, afin que les citoyens aient accès à des soins abordables», souligne le commissaire.

L'enquête de Bruxelles a montré que Janssen-Cilag, filiale néerlandaise de Johnson & Johnson qui commercialisait le Fentanyl dans ce pays, a conclu un accord avec Sandoz, filiale de Novartis, en juillet 2005. L'accord prévoyait le versement par Janssen-Cilag à Sandoz de sommes mensuelles. En échange, Sandoz s'engageait à ne pas introduire de médicament générique sur le marché néerlandais.

Selon la Commission, cela a retardé de 17 mois, jusqu'à décembre 2006, l'entrée sur le marché néerlandais d'un générique concurrent du Fentanyl et maintenu son prix artificiellement élevé.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.