Le cabinet de Mossack Fonseca au Pérou perquisitionné

«Panama Papers»Le fisc du Pérou a perquisitionné la filiale du cabinet panaméen, au cœur du scandale des «Panama Papers».

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C'est une démarche pour saisir des documents comptables et fiscaux. Nous allons vérifier la documentation physique et informatique pour nous aider dans l'enquête», a expliqué à la presse le représentant de l'administration nationale des impôts (Sunat), Percy Diaz.

Les autorités sont arrivées aux bureaux de Mossack Fonseca, situés dans le quartier huppé de San Isidro à Lima et juste en face de l'ambassade du Panama, avec plusieurs véhicules pour emporter les documents saisis.

La Sunat a constitué la semaine dernière une équipe spéciale, dédiée à cette enquête, afin de «déterminer l'existence de possibles cas d'évasion et de fraude fiscales», a-t-elle expliqué dans un communiqué.

«Oui, nous allons collaborer avec les autorités», a assuré à la presse la représentante légale du cabinet d'avocats au Pérou, Monica de Ycaza Clerc, présente lors de la perquisition.

Le Pérou éclaboussé

Plusieurs personnalités ou entreprises du Pérou ont été éclaboussées par le vaste scandale des «Panama Papers», révélé via une fuite massive de documents diffusée le 3 avril par 100 journaux à travers la planète.

Deux importants donateurs de la campagne présidentielle de la candidate de droite Keiko Fujimori, arrivée dimanche largement en tête du premier tour, sont cités dans ces documents.

A l'échelle mondiale, les «Panama Papers» ont mis au jour des avoirs dans des paradis fiscaux de 140 responsables politiques, de stars du football ou de célébrités.

Parmi les quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet Mossack Fonseca apparaissent des noms de l'entourage des présidents russe Vladimir Poutine, chinois Xi Jinping, syrien Bachar el-Assad, du footballeur argentin Lionel Messi, de Michel Platini, du cinéaste Pedro Almodovar.

(afp/nxp)

Créé: 11.04.2016, 22h27

Articles en relation

Le Panama n'est pas un paradis fiscal pour Madrid

«Panama papers» L'Espagne considère que le Panama n'est pas un paradis fiscal, a réitéré lundi son ministre de la Justice. Plus...

Une loi britannique contre l'évasion fiscale

«Panama Papers» Le premier ministre David Cameron annonce un durcissement législatif. Plus...

L'identité du CICR usurpée pour cacher de l'argent sale

Panama Papers Le nom du Comité international de la Croix-Rouge aurait été utilisé par le cabinet Mossack Fonseca, au coeur du scandale des «Panama Papers», selon la presse dominicale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...