Passer au contenu principal

Fiscalité des entreprisesFacture en hausse pour Vaud, stable pour Genève

Berne met en consultation la réforme de l'imposition des entreprises. Avec le nouveau mode de calcul de la péréquation financière, Vaud devrait verser plus d'argent alors que la facture de Genève restera stable.

Cette réforme ne touchera pas tous les cantons de la même manière
Cette réforme ne touchera pas tous les cantons de la même manière

Les cantons ne sont pas tous logés à la même enseigne avec la réforme de l'imposition des entreprises mise en consultation lundi 22 septembre à Berne. Les mesures proposées ne leur profitent pas toutes dans les mêmes proportions. Et les conséquences financières ne seront pas partout les mêmes.

Un seul chiffre peut être articulé sans trop d'impondérables à l'heure actuelle: le milliard de francs que la Confédération s'engage à reverser aux cantons.

Fribourg devrait ainsi recevoir 24,1 millions, Vaud 107,7 millions, le Valais 18,5 millions, Neuchâtel 15,7 millions, Genève 129,1 millions et le Jura 4 millions. La part dévolue à Berne devrait atteindre près de 73 millions.

Chacun son instrument

Pour le reste, les cantons ne sont pas tous concernés dans la même ampleur par la réforme. La disparition des statuts spéciaux frappera en premier lieu ceux qui en bénéficient le plus actuellement (BS,ZG,GE,VD,NE,BL,SH). Les nouveaux outils proposés ne les intéressent pas tous au même chef.

Ainsi la «licence box» devrait davantage plaire à Bâle-Ville, canton de la chimie et de la pharma, qu'à Genève ou Vaud qui miseront plutôt sur des baisses d'impôts. Cet exercice entraînera des pertes fiscales pour eux.

Zoug n'affronte pas la réforme dans les mêmes conditions vu qu'il possède déjà un taux faible de taxation ordinaire du bénéfice des entreprises. Reste l'effet boule de neige auquel s'attend la Confédération: le taux moyen d'imposition devrait baisser en Suisse.

Péréquation recalculée

Autre éventuelle pomme de discorde entre les cantons: la péréquation financière. Les bénéfices des entreprises profitant des statuts fiscaux spéciaux ne sont actuellement pris en compte que partiellement dans le calcul du potentiel de ressources d'un canton.

En supprimant ces statuts, on devrait répercuter les bénéfices à 100%. Des cantons comme Bâle-Ville ou Vaud se retrouveraient tout d'un coup bien plus riches sur le papier et seraient appelés à payer davantage. Pis, tout l'équilibre du système serait affecté. Et des cantons «pauvres» pourraient recevoir moins.

Pour éviter une explosion de la richesse théorique des cantons, le Conseil fédéral propose de la calculer selon une nouvelle méthode. Le calcul tiendra davantage compte des revenus des personnes que des bénéfices des entreprises, car ces dernières sont plus mobiles, a expliqué la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf.

Avec la nouvelle méthode, Zoug mais surtout Vaud devraient verser davantage d'argent alors que la facture de Zurich ou de Bâle-Ville devrait baisser et celle de Genève rester stable. Côté cantons récipiendaires, Berne et tous les Romands recevraient moins d'argent. Un coup de pouce de 180 millions de francs devrait toutefois aider les plus «pauvres» à passer le cap.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.