Passer au contenu principal

CaféLes capsules Nespresso ont 30 ans

En 1986, Nestlé crée les capsules Nespresso, transformant totalement les modes de consommation du café et le marché mondial.

Les capsules colorées ont pour ambassadeur George Clooney.
Les capsules colorées ont pour ambassadeur George Clooney.
Keystone

L'histoire du succès de Nespresso s'écrit aussi dans le contexte d'une âpre concurrence et de nombreuses batailles juridiques.

En 1986, les premières capsules Nespresso sont lancées sous la houlette de l'ingénieur vaudois Eric Favre, inventeur du procédé. Ces dosettes individuelles sont tout d'abord destinées à un public spécialisé et professionnel: bars, hôtels et bureaux.

Les premières machines à café s'inspirent des immenses appareils à espresso pour bars italiens. Deux modèles sont alors testés en Suisse, en Italie et au Japon.

Mais la mouture ne prend pas. En 1989, Nespresso se repositionne sur le segment grand public haut de gamme. Démocratisées, les dosettes font leur apparition dans les ménages helvétiques. Deux ans plus tard, elles s'implantent en France et aux Etats-Unis.

Accusé d'avoir lancé un produit en aluminium nuisible à l'environnement, Nespresso commence à collecter les capsules usagées au début des années 1990.

Début de la rentabilité

En 1993, Nespresso ouvre une seconde ligne de production à son usine d'Orbe (VD) dans le but de doubler ses capacités de fabrication. Deux ans plus tard, la filiale de Nestlé atteint la rentabilité. En 1999, elle s'attaque aux entreprises de taille plus modeste en proposant des dosettes et des machines destinées aux petites et moyennes entreprises (PME).

En 2000, la première boutique Nespresso ouvre à Paris. La même année, la société quitte Vevey pour Paudex (VD). En 2002, un nouveau centre de production ouvre à Orbe (VD).

En 2006, le chiffre d'affaires de la firme excède le milliard de francs pour la première fois. Et George Clooney devient l'ambassadeur des capsules colorées. Il a été choisi par les internautes pour représenter la marque. Deux ans plus tard, les ventes de Nespresso s'élèvent à plus de 2 milliards de francs.

En 2008, un nouveau centre de production et de distribution est inauguré à Avenches (VD). Douze mois plus tard, Nespresso déplace son siège social à Lausanne. Son chiffre d'affaires dépasse alors les 3 milliards de francs. En 2015, l'usine de Romont (FR) voit le jour. Elle emploie 139 personnes.

Croissance à deux chiffres

Nespresso réalise actuellement une croissance à deux chiffres. Présente dans 64 pays et 288 villes, elle compte plus de 12'000 collaborateurs de 90 nationalités différentes. Les capsules de café sont fabriquées dans ses trois centres de production: Avenches, Romont et Orbe. Elles sont acheminées aux quatre coins du monde depuis son site d'Avenches.

Accusé d'avoir lancé un produit en aluminium nuisible à l'environnement, Nespresso collecte les capsules usagées depuis le début des années 1990. En Suisse, le groupe vaudois Barec se charge de les recycler à Moudon (VD) et Satigny (GE).

En 2015, Nespresso a pointé à la dixième position dans le classement du magazine économique alémanique Bilanz et de la société de conseil Interbrand des marques les plus importantes du pays. Sa valeur financière est estimée à 3 milliards de francs.

Capsules compatibles

Cette croissance fulgurante sur le marché mondial du café fait naître des convoitises. La concurrence s'intensifie du côté des producteurs de capsules compatibles, avec notamment la création en 2008 d'Ethical Coffee Company, fondée par un ancien de Nespresso Jean-Paul Gaillard,

Protégeant ses plus de 1700 brevets becs et ongles et mettant les bâtons dans les roues de ses concurrents, Nestlé engage de nombreux procès pour violation de la propriété intellectuelle.

Les capsules représentant 90% de son chiffre d'affaires, Nespresso joue gros. En Suisse, il envoie les grands distributeurs devant les tribunaux, en vain. Aujourd'hui, Migros, Coop, Denner, Aldi ou Lidl disposent tous de capsules compatibles dans leur assortiment.

Autre bémol dans le succès de Nespresso, son retard sur le marché américain des dosettes dont il ne détient que 6% des parts. La marque helvétique fait face à des géants comme Mondelez, Sara Lee et même Keurig Green Moutain.

A la fin de l'année dernière, la holding allemande JAB n'a pas hésité à débourser près de 14 milliards de francs pour avaler Keurig, qui revendique 79% du marché américain des capsules de café.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.