Passer au contenu principal

Les chefs d'entreprise ont encore perdu confiance

Franc fort oblige, les dirigeants d'entreprise suisses ont encore perdu confiance.

La Secrétaire d'Etat à l'économie a présidé samedi à Davos (GR) la traditionnelle réunion informelle des ministres de l'Organisation mondiale du commerce. (samedi 23 janvier 2016)
La Secrétaire d'Etat à l'économie a présidé samedi à Davos (GR) la traditionnelle réunion informelle des ministres de l'Organisation mondiale du commerce. (samedi 23 janvier 2016)
AFP
Une manifestation hostile au Forum économique de Davos a réuni une vingtaine de personnes. (samedi 23 janvier 2016)
Une manifestation hostile au Forum économique de Davos a réuni une vingtaine de personnes. (samedi 23 janvier 2016)
AFP
Son siège est à Genève. (dimanche 17 janvier 2016)
Son siège est à Genève. (dimanche 17 janvier 2016)
Jean-Christophe Bott, Keystone
1 / 20

Seuls 16% des patrons sondés par le cabinet PwC ne doutent pas de voir les revenus de leur firme augmenter au cours des douze prochains mois, contre 24% encore voici un an.

En comparaison internationale, les chefs d'entreprise helvétiques s'avèrent de loin les plus pessimistes cette année. Leurs homologues indiens s'affichent eux, plus confiants que jamais, avec 64% d'optimistes, révèle le 19e baromètre de la société d'audit PwC présenté mardi à Davos (GR), à la veille du Forum économique mondial (WEF).

Globalement aussi, l'enthousiasme s'est quelque peu refroidi. A peine plus du tiers des grands patrons (35%) se déclarent encore «très confiants» quant à une hausse des résultats, contre 39% lors de la précédente enquête. A Taïwan, la déprime sévit, contrairement à l'Espagne, à la Roumanie et même à la Russie.

Une tendance générale à la baisse s'observe dans les grandes économies mondiales. Aux Etats-Unis, ils ne sont plus qu'un dirigeant d'entreprise sur trois à croire fermement à une croissance des revenus, contre 46% en 2015. En Chine, cette proportion est tombée en dessous d'un quart.

Perspectives moroses

Au-delà de leur propre bilan, les directeurs généraux ont également perdu confiance dans la croissance mondiale. La part de ceux qui anticipent une amélioration en cours d'année a chuté de 37% à 27% d'un sondage à l'autre. Près d'un répondant sur quatre s'attend carrément à une détérioration.

«Ces perspectives moroses pour l'année à venir sont renforcées par l'importance accordée à nouveau aux Etats-Unis, à la Chine, à l'Allemagne et au Royaume-Uni comme moteurs de croissance», souligne Dennis Nally, directeur international de PwC, cité dans le communiqué. Or le rééquilibrage chinois, la chute des prix du pétrole et l'insécurité géopolitique grèvent l'avenir.

Parmi les plus de 1400 patrons interrogés de par le monde, les Américains se montrent les plus inquiets. Seuls 16% d'entre eux escomptent une progression de l'économie planétaire, contre 33% en Europe de l'Ouest. Un tiers des dirigeants d'entreprise chinois anticipe même un ralentissement.

Davantage de menaces

D'une manière générale, les risques pour les affaires ont augmenté, estiment les deux tiers des sondés. Le spectre de la réglementation excessive reste le sujet numéro un de préoccupation. Mais désormais, la géopolitique se place en deuxième rang, devant les aléas monétaires et la pénurie de personnel qualifié.

Les perspectives d'embauche se sont légèrement dégradées. Moins de la moitié (48%) des patrons planifient d'étoffer leurs effectifs en 2016, contre 50% encore l'année passée. C'est en Inde et au Royaume-Uni que l'activité de recrutement sera la plus dynamique.

La sécurité informatique demeure essentielle. Sur le front des technologies, neuf patrons sur dix prévoient d'en modifier leur utilisation pour mieux servir leur base clientèle. A ce titre, l'analyse des données et les systèmes de gestion de relation client (CRM) semblent les plus efficaces, devant la recherche et le développement.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.