ChemChina rachète Syngenta pour 43,8 milliards

AgrochimieLe conseil d'administration recommande à l'unanimité d'accepter l'opération. Une offre publique d'achat sera lancée au cours des prochaines semaines en Suisse et aux Etats-Unis.

Comme prévu, Syngenta passe sous pavillon chinois.

Comme prévu, Syngenta passe sous pavillon chinois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le géant chinois de la chimie ChemChina veut acquérir le groupe bâlois d'agrochimie Syngenta pour 43 milliards de dollars (43,8 milliards de francs). Le conseil d'administration recommande à l'unanimité d'accepter l'offre.

«Syngenta restera Syngenta et continuera d'être basé en Suisse», a déclaré mercredi à Bâle devant les médias Michel Demaré, président du groupe agrochimique. «Nous ne sommes pas dans une transaction visant des synergies de coûts, nous allons au contraire assurer la continuité stratégique, maintenir les investissements et poursuivre notre expansion sur les marchés émergents», a-t-il rassuré.

Dans le détail, l'offre de China National Chemical Corporation (ChemChina), propriété du gouvernement chinois, se monte à 465 dollars (474 francs au cours actuel) auxquels s'ajoute un dividende spécial de 5 francs, soit au total pratiquement 480 francs.

Une offre publique d'achat sera lancée au cours des prochaines semaines en Suisse et aux Etats-Unis. Le nouvel actionnaire permettra la poursuite de la stratégie et de l'investissement à long terme dans l'innovation. L'opération, dont la finalisation est attendue d'ici à la fin de l'année, ne devrait avoir aucun impact sur l'emploi.

La direction actuelle de Syngenta continuera de piloter l'entreprise. Après la clôture de la transaction, un conseil d'administration composé de dix membres sera présidé par Ren Jianxin, président de ChemChina, et inclura quatre membres de l'actuel conseil de Syngenta.

Les investisseurs ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme. A la clôture de la Bourse, le titre Syngenta a engrangé 2,73% à 403 francs, tandis que le SMI a chuté de 0,89%.

Chinois ravis

Présent à la conférence de presse, Ren Jianxin a déclaré que «les discussions entre nos deux entreprises ont été amicales et constructives, et nous sommes ravis que cette collaboration ait pu aboutir à un accord». Il a également souligné la qualité des produits suisses, ainsi que l'attrait de la place économique du pays.

Interrogé sur un possible rapprochement entre Syngenta et l'entreprise agrochimique israélienne Adama, rachetée en 2011 par ChemChina, le président du groupe chinois a rappelé que les deux sociétés opéraient dans des secteurs d'activité différents, avec peu de chevauchements au niveau de l'emploi. Il n'a toutefois rien exclu à ce stade, laissant la porte ouverte à cette option.

Michel Demaré a pour sa part déclaré que le rachat par l'entreprise chinoise «minimise les perturbations d'ordre opérationnel» et «permet un investissement à long terme dans l'innovation». Elle permettra également à Syngenta de poursuivre sa croissance dans les marchés émergents, particulièrement en Chine.

Plus grosse acquisition chinoise

Il s'agit de la plus grosse acquisition jamais réalisée par une entreprise chinoise, selon l'agence Bloomberg News. ChemChina a déjà entrepris plusieurs achats de taille récemment en Europe, parmi lesquels le fabricant de machines-outils allemand KraussMaffei et le fabricant italien de pneus Pirelli.

Avec cet accord, le groupe chinois, qui occupe quelque 140'000 personnes dans le monde, brûle notamment la politesse à Monsanto. L'offre du groupe américain était insuffisante et s'avérait problématique quant aux exigences qu'auraient pu poser les autorités de la concurrence, a expliqué Michel Demaré. Le groupe bâlois aurait notamment été contraint de se séparer d'une partie de ses activités.

Selon Bloomberg, Syngenta aurait aussi rejeté une première offre de ChemChina à la fin de l'année dernière.

Résultats en baisse

Parallèlement à l'annonce de l'accord avec ChemChina, le groupe bâlois a publié ses résultats 2015. Celui-ci a vu son bénéfice net chuter de 17% par rapport à 2014, à 1,34 milliard de dollars (1,37 milliard de francs). L'exercice a notamment été perturbé par les fluctuations massives enregistrées sur les marchés des devises.

Le chiffre d'affaires, en raison de la force du dollar, monnaie de compte du groupe qui emploie quelque 28'000 personnes dans le monde, a baissé de 11% en termes réels à 13,4 milliards de dollars. A taux de change constants, il afficherait toutefois une légère hausse de 1%. Le résultat brut d'exploitation (EBITDA) du groupe s'est pour sa part dégradé de 5% à 2,78 milliards de dollars.

Les ventes de la division principale protection des cultures ont reculé de 12% à 10 milliards de dollars (-1% à taux de change constants). La division semences a vu les siennes se replier de 10% à 2,83 milliards (mais 5% à taux constants). Enfin, celles de la division gazon et jardin ont baissé 7% à 648 millions ( 3%). (ats/nxp)

Créé: 03.02.2016, 12h55

Des autorités réservées

Le gouvernement de Bâle-Ville se montre réservé face à la reprise de Syngenta par le géant chinois de la chimie ChemChina. Il aurait préféré que le groupe bâlois d'agrochimie reste indépendant, déclare à l'ats le ministre de l'économie Christoph Brutschin (PS).

«Vu que ce scénario ne semble plus envisageable, ce sont les buts et les perspectives du nouveau propriétaire qui passent au premier plan», confie mercredi le conseiller d'Etat. Pour l'exécutif de Bâle-Ville, le maintien des sites et des emplois de Syngenta à Bâle, à Stein (AG) ainsi que des cinq autres sites a désormais la priorité.

Unia veut des garanties

Unia exige des garanties de ChemChina pour qu'il maintienne les emplois en Suisse après son rachat du groupe bâlois d'agrochimie Syngenta. Le syndicat demande au géant chinois de la chimie qu'il soit transparent sur sa stratégie.

«Unia a appris avec satisfaction que ChemChina ne prévoit visiblement aucune suppression d'emplois», or il n'est pas sûr que cela reste ainsi à moyen terme, souligne le syndicat dans un communiqué publié mercredi.

Syngenta emploie plus de 28'000 personnes à travers le monde et quelque 3300 collaborateurs en Suisse. Environ 500 d'entre eux sont soumis à la convention collective de travail (CCT).

L'action bondit

L'offre de rachat de Syngenta faite par ChemChina annoncée mercredi a comme de juste fait bondir le cours de l'action du groupe agrochimique bâlois à la Bourse suisse. Trente minutes après l'ouverture du marché, elle s'affichait en hausse de 6,5% à 417,80 francs.

Ce cours reste toutefois bien en deçà de l'offre du géant chinois. Détaillée par Syngenta dans un communiqué, elle se monte à 465 dollars (474 francs au cours actuel) auxquels s'ajoute un dividende spécial de 5 francs, soit au total pratiquement 480 francs.

Une offre que le conseil d'administration de Syngenta recommande à l'unanimité d'accepter. Quant au dividende ordinaire de 11 francs qu'il proposera à l'assemblée générale des actionnaires au titre de 2015, il viendra le cas échéant s'y ajouter.

Articles en relation

Syngenta bientôt racheté par ChemChina

Agrochimie Le géant chinois est «proche d'un accord» pour s'emparer du groupe suisse pour environ 43,7 milliards de francs. Plus...

La direction de Syngenta est «dans un cul de sac»

Fusion Des actionnaires du géant agrochimique déclarent être opposés à toute vente de l'entreprise à la société publique chinoise ChemChina. Plus...

ChemChina lance une offre améliorée sur Syngenta

Chimie L'offre de l'agrochimiste chinois sur son rival suisse porte la valorisation de Syngenta à 43,7 milliards de francs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.