Passer au contenu principal

EconomieMais qui est ChemChina?

Le géant chinois qui va racheter le groupe bâlois Syngenta, a des ambitions mondiales.

Rencontre entre le président de ChemChina Ren Jianxin et son homologue de Syngenta Michel Demare.
Rencontre entre le président de ChemChina Ren Jianxin et son homologue de Syngenta Michel Demare.
Keystone

Ce gigantesque conglomérat est le plus grand groupe de chimie en Chine. Il figure parmi la centaine d'entreprises publiques dont la supervision dépend directement du gouvernement central. Le magazine Fortune l'a placé au 265e rang de son classement des 500 premières entreprises mondiales.

Large éventail

Créé en 2004 à partir des actifs de l'ancien ministère de la chimie, ChemChina a rapidement pris son essor. Son éventail d'activités va des produits chimiques, du raffinage, des produits agrochimiques (fertilisants, pesticides) aux pneus, produits en caoutchouc et équipements de transformation chimique.

Selon les chiffres les plus récents disponibles sur son site internet, le groupe contrôle des actifs évalués à 272,5 milliards de yuans (42 milliards de francs), avec un chiffre d'affaires de 244 milliards de yuans (38 milliards de francs) en 2013. Il emploie 140'000 employés, selon le site.

Créneau stratégique en Chine

Le président de ChemChina, Ren Jianxin, est crédité pour l'essor vigoureux de l'entreprise, nourri à force d'acquisitions à l'étranger.

La prise de contrôle de Syngenta permettrait à ChemChina de s'imposer parmi les plus gros producteurs de pesticides et produits agrochimiques de la planète, tout en l'aidant à diminuer sa dépendance à l'égard de ses activités pétrochimiques.

Par ailleurs, à l'heure actuelle, ChemChina n'est pas présent dans l'élaboration et la commercialisation de semences agricoles. Grâce à Syngenta, il pourrait se positionner sur ce créneau stratégique en Chine.

Le gouvernement chinois attache une attention accrue à l'amélioration de semences et aux techniques permettant d'améliorer les rendements, pour nourrir une population de 1,3 milliard d'habitants. Alors que les surfaces agricoles se réduisent sensiblement sous les poussées de l'urbanisation, le défi de maintenir la traditionnelle autosuffisance du pays se complique.

Acquisitions tous azimuts

En janvier, ChemChina a racheté 12% du groupe de négoce genevois Mercuria, un éminent négociant de matières premières, dans l'apparent souci de diversifier encore davantage ses activités - une stratégie encouragée par l'Etat chinois.

Mi-janvier, ChemChina avait également annoncé qu'il allait acquérir, à la tête d'un consortium, l'allemand KraussMaffei, un emblématique fabricant de machines-outils destinées à l'industrie du plastique, pour 925 millions d'euros.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.