Passer au contenu principal

Les chiffres réels de 58 modèles publiés

Dans la foulée de l'affaire Volkswagen, PSA a rendu publique mercredi la consommation de ses véhicules en condition réelle .

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Le groupe automobile français a publié mardiles résultats de consommation de carburant en conditions réelles de 58 modèles des marques Peugeot, Citroën et DS. L'entreprise avait pris cet engagement,

Un an après la publication des premiers résultats, PSA indique dans un communiqué que «les mesures obtenues sur les 58 modèles permettent d'estimer la consommation en usage réel de plus de 1000 versions des marques Peugeot, Citroën et DS».

En collaboration avec des ONG

Ces essais ont été menés dans le cadre d'un protocole défini avec les ONG Transport & Environment (T&E) et France Nature Environnement (FNE), «sous le contrôle de l'organisme de certification bureau veritas, qui atteste de la sincérité et de l'intégrité des résultats».

Utilisation de la climatisation, transport de bagages et de passagers, déclivité,... les véhicules ont parcouru 23 kilomètres en ville, 40 kilomètres sur route et 30 sur autoroute, sur des axes ouverts à la circulation, pour permettre de déterminer leur consommation de carburant réelle, contrairement aux tests réalisés en laboratoire.

Sur les sites internet des trois marques, «un module interactif permettra au client d'accéder à cette information en indiquant les caractéristiques de son véhicule». Un automobiliste pourra même «estimer sa consommation propre en fonction de ses habitudes d'usage (nombre de passagers, chargement, type de conduite, ...)», détaille l'entreprise.

Sanctions judiciaires

Pour l'instant, cela ne concerne pas les mesures des émissions polluantes des véhicules, en cause dans le dossier du «dieselgate». Mais «nous étendrons ces mesures aux émissions de NOx (oxydes d'azote, ndlr) dès l'été 2017», a annoncé le directeur de la qualité et de l'ingénierie de PSA, Gilles Le Borgne, cité dans le communiqué.

En novembre 2015, dans la foulée du scandale aux moteurs truqués de Volkswagen, PSA avait conclu un accord avec Transport & Environment pour cette opération.

Après Volkswagen, Renault et Fiat, PSA est devenu, début février, le quatrième groupe automobile à risquer des sanctions judiciaires en France pour les émissions de certains moteurs diesel, la répression des fraudes (DGCCRF) ayant transmis les conclusions de son enquête au parquet.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.