Après la Chine, le luxe prend d'assaut le Brésil

Marchés émergentsMalgré ses barrières douanières, le marché brésilien s'annonce prometteur pour le luxe. La Chine, elle, s'essouffle.

Une quarantaine de grandes marques de luxe françaises se sont implantées au Brésil.

Une quarantaine de grandes marques de luxe françaises se sont implantées au Brésil. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Brésil affiche une santé insolente. Sa classe moyenne explose, les millionnaires se multiplient. Là-bas, le secteur du luxe connaît une croissance de 20% par an. Le marché, numéro un en Amérique latine, pèse aujourd’hui près de 2 milliards d’euros. L'appétit des Brésiliens pour les produits de luxe grandit depuis deux ans, rapporte Les Echos.

Une aubaine pour le Comité Colbert qui rassemble 75 marques françaises haut de gamme: pour certaines de ces griffes, les achats brésiliens ont bondi de 25% depuis 2010. Mais ils ne remplissent pas encore les tiroirs-caisses des maisons Colbert. Pour l’heure, Brasília ne représente que 2% de leur chiffre d’affaires, soit 660 millions d’euros.

Particularité: cette clientèle sud-américaine réalise plus de 60% de son shopping à l’étranger. La raison principale tient aux taxes sur les produits importés. Au Brésil, les biens haut de gamme étrangers coûtent 40 à 50% plus chers qu’en Europe. Pas de quoi décourager la quarantaine de maisons françaises implantées sur le marché, de Chanel à Louis Vuitton en passant par Longchamp. Elles sont de plus en plus nombreuses à étendre leurs réseaux de boutiques, profitant du boom des centres commerciaux de luxe à Brasília, São Paulo ou encore Salvador.

Trop «nerveux» pour dépenser

En Chine, la situation est moins réjouissante. L’eldorado des enseignes prestigieuses semble aujourd’hui s’essouffler. Une conséquence du ralentissement généralisé de l’économie chinoise. «La demande de l’Asie, largement menée par la Chine, ne monte plus en flèche comme avant», souligne le Wall Street Journal.

Ce mardi, la chute de Burberry en Bourse actionne un signal d’alerte. Selon les analystes, la griffe britannique, qui enregistre 37% de ses revenus sur le marché asiatique, a subi frontalement les effets de la fatigue chinoise. Après avoir lancé un avertissement sur résultat, l’action a perdu 21% de sa valeur, entraînant dans son sillage les géants LVMH et PPR.

Les riches Chinois consomment-ils moins? Des entreprises actives dans le luxe témoignent dans le Wall Street Journal de l’atmosphère d’incertitude qui règne en Chine. En cause notamment, le prochain renouvellement des élites dirigeantes. Dans ce contexte, les plus fortunés seraient plus «nerveux» à l’idée de dépenser à outrance et d’afficher des signes extérieurs de richesse.

Créé: 13.09.2012, 08h25

Articles en relation

Les géants français du luxe continuent de briller

Haut de gamme LVMH, PPR et Hermès ont présenté d'excellents résultats. Le ralentissement global de l'économie n'a que peu d'effets sur l'industrie. Pour l'instant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.