La Chine scrute les élections américaines de très près

Guerre des devises Les yeux de la Chine sont braqués sur les États-Unis. S'il est élu, le candidat Mitt Romney accuserait officiellement Pékin de manipuler sa monnaie.

Depuis 2010, le yuan s'est apprécié de 8% face au dollar.

Depuis 2010, le yuan s'est apprécié de 8% face au dollar. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La course à la Maison Blanche susciterait un intérêt plutôt mitigé à travers le monde. Sauf pour la Chine qui, elle, ouvre l’œil tout grand. Par rapport aux élections présidentielles de 2008, deux fois plus de personnes y suivent la bataille Obama-Romney (voir tableau).

D’où vient ce regain d’attention relevé par une récente étude du Pew Research Center? En plus de la ruée des Chinois sur Internet, Business Insider pointe un facteur bien plus stratégique: la guerre des devises qui oppose notamment le yuan au dollar.

Durant sa campagne, le candidat Mitt Romney a directement attaqué la politique du président Obama, jugée trop conciliante, vis-à-vis de la Chine: «Sous Obama, nous avons perdu plus de 500'000 emplois dans l’industrie, et pour la première fois la Chine nous bat». Le Républicain a vivement critiqué le Trésor américain pour ne pas avoir officiellement accusé la Chine de «manipuler sa devise». Un manquement auquel il remédiera «dès le premier jour» de son mandat s’il est élu.

Freiner l’appréciation du yuan

Inquiets des déséquilibres commerciaux, les États-Unis accusent la Chine de pratiquer un taux de change volontairement bas pour dynamiser ses exportations.

A l'heure actuelle, le Trésor américain ne stigmatise pas l'Empire du Milieu. Il souhaite en revanche que Pékin prenne de nouvelles mesures pour laisser le yuan s’apprécier. Une démarche jugée insuffisante par bon nombre d’élus américains qui accusent Barack Obama de faire trop peu pression. Ils estiment que les industries du pays souffrent gravement de l’avantage compétitif obtenu par les Chinois.

Une taxe compensatoire

En 2011, les sénateurs américains ont ouvert le débat sur le «Currency Exchange Rate Oversight Reform Act», un projet de loi qui pénalise par une taxe compensatoire les importations de pays qui sous-évaluent leur monnaie. La Chine est directement visée.

Pékin n’a pas tardé à riposter aux propos de Mitt Romney. Une agence de médias étatique a critiqué le candidat en rappelant que «ce politicien a bâti sa fortune en faisant affaire avec des compagnies chinoises».

Pourcentage des personnes qui suivent les élections américaines: la plupart des pays baillent, sauf la Chine.

2008 (en %) 2012 (en %) Evolution (en %)
Source: Pew Research Center

Créé: 04.10.2012, 13h39

Articles en relation

Pékin autorise sa monnaie à fluctuer davantage

Chine La Chine a annoncé samedi élargir la marge de fluctuation du yuan pour mieux tenir compte du marché et répondre aux pressions de ses partenaires commerciaux. Plus...

Pourquoi la Chine n’a pas seulement besoin d’un stimulus massif

Croissance chinoise Les chiffres économiques en provenance de Chine inquiètent. La rumeur sur un vaste plan de relance se fait de plus en plus insistante. Mais cette solution ne règlerait pas le problème à long terme, estime un spécialiste. Plus...

Obama et Romney boudent le changement climatique

Enjeux Le changement climatique est le grand oublié du premier débat entre les deux candidats à la présidence US. Un sondage Ipsos réalisé dans treize pays témoigne pourtant de l’acuité du problème pour les populations. Plus...

Obama gagnera quand même l’élection, selon l'UNIL

Décryptage Malgré l'attitude présidentiable de Mitt Romney dans son premier duel avec le président sortant, des analystes de l'Université de Lausanne maintiennent leurs prévisions: Barack Obama s'imposera le 6 novembre. Plus...

Les internautes parodient le débat

Présidentielle américaine Barack Obama en chevalier Jedi et Mitt Romney en «Keyboard Cat»? Le Web a passé le débat de Denver à la moulinette de l’humour 2.0. Découvrez les meilleurs gif animés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.