Le chinois HNA en piste pour racheter Gategroup

Services aéroportuairesLe 4e groupe d’aviation chinois met 1,4 milliard sur la table pour reprendre le leader mondial du catering.

<b><?EM-dummyText Texte en gras ?><br/></b>Gategroup, groupe leader mondial du catering, emploie près de 28?000 personnes dans le monde, dont près de 700 en Suisse


Gategroup, groupe leader mondial du catering, emploie près de 28?000 personnes dans le monde, dont près de 700 en Suisse Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un nouveau groupe suisse pourrait passer en mains chinoises. Alors que le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann vient de rentrer d’une visite officielle en Chine où il a serré beaucoup de mains et s’est félicité du succès de la coopération économique entre la Suisse et l’Empire du Milieu, les sociétés chinoises continuent de racheter à tour de bras des entreprises suisses. HNA, quatrième groupe d’aviation chinois, a ainsi annoncé lundi vouloir acquérir Gategroup pour 1,4 milliard de francs.

Connue sous sa marque Gategourmet, cette ancienne filiale de Swissair, leader mondial du catering, emploie une centaine d’employés à Cointrin et quelque 400 à Kloten, sur un total de 28 000 collaborateurs dans le monde et un chiffre d’affaires de 3 milliards de francs.

L’offre publique d’achat (OPA) durera du 27 mai au 23 juin. Elle pourrait être prolongée jusqu’au 13 juillet si le groupe chinois n’arrive pas à reprendre 67% de Gategroup. HNA n’est pas entièrement un inconnu en Suisse puisque ce groupe vient de finaliser l’achat de Swissport, en février dernier. Cette dernière, spécialisée dans le transport des bagages dans les aéroports, est aussi une ancienne filiale de Swissair. Swissport emploie «1250 collaborateurs à Cointrin, 2500 à Kloten et 850 à Bâle, sur un total dans le monde de 61 000 personnes», indique Swantje Winder, chargée de communication pour l’entreprise. Swissport a créé un millier d’emplois en une année, mais hors de Suisse.

Prime de 21%

En attendant le prospectus détaillé qui sera publié le 11 mai, il faudra se contenter des maigres explications fournies hier en conférence téléphonique. Fait intéressant, HNA a servi le même genre d’arguments pour motiver les actionnaires que ceux avancés par ChemChina lorsque le conglomérat chimique annonçait au début de février son achat pour 43 milliards de francs de Syngenta, leader suisse des produits phytosanitaires et numéro trois des OGM. Mis à part une confortable prime (de 21% sur le cours de clôture de vendredi) pour inciter les actionnaires à vendre leurs parts, la société chinoise HNA veut, comme Syngenta, maintenir le siège deGategroupe en Suisse, laisser en place le management, le soutenir dans la mise en place de sa stratégie et lui ouvrir de nouvelles perspectives de croissance, surtout en Chine et Asie. Gategroup sortira de la Bourse suisse une fois en mains chinoises, et «le conseil d’administration démissionnera en bloc, après avoir touché une commission», a précisé son président, Andreas Schmid.

Pas d’assurance pour l’emploi

Par contre, contrairement à ChemChina pour Syngenta, aucune promesse n’a été faite concernant le maintien de l’emploi en Suisse. Le président et directeur exécutif de HNA, Adam Tan, a répondu simplement sur ce point: «Nous ne nous sommes pas engagés à propos de délocalisations et de suppression d’emplois, ce type de décisions sera du ressort de la direction de Gategroup.» Nul doute que les milieux intéressés suivront cela de près.

Pourquoi avant l’assemblée?

L’annonce de cette OPA chinoise juste avant que ne se tienne jeudi l’assemblée générale de Gategroup interroge. Celle-ci pourrait consacrer l’arrivée au conseil d’administration de deux membres acquis à l’actionnaire le plus important de Gategroup, les fonds RBR et Cologny, qui détiennent 11,23% de Gategroup (dirigés respectivement par le Zurichois Rudolf Bohli et le Genevois Jonathan Herbert), mais pas (encore) représentés au conseil d’administration de l’entreprise de catering. Or ces fonds contestent la stratégie et les salaires que se verse le management de Gategroup; et ils ont obtenu que le président quitte le conseil d’administration dans une année. Et, une fois élus, ces deux nouveaux membres auraient pu se prononcer contre l’offre d’achat du groupe chinois, «acceptée à l’unanimité», mais sans l’avis de l’actionnaire principal.

Est-ce pour se prémunir de ces attaques que les dirigeants de Gategroup ont accepté de se faire racheter rapidement? En conférence téléphonique, le président a indiqué «ne pas chercher d’autres offres, et qu’il est de sa responsabilité de faire part de l’offre des Chinois maintenant», au moment où elle leur était transmise, même si cela avait lieu avant l’assemblée générale, une «assemblée générale qui n’a rien à décider sur l’offre d’achat» des Chinois. Reste à savoir si ces propos du président ne vont pas crisper encore davantage les relations avec les fonds RBR et Cologny. «Il est possible que les autres groupes de catering (comme l’Autrichien Do & Co) lancent des offres concurrentes. Le prix est trop faible et nous tablons plutôt sur une offre comprise entre 65 et 70 francs l’action, au lieu des 53 francs proposés par HNA», a expliqué le Genevois Jonathan Herbert. Affaire à suivre, ce jeudi.

Patients, les Chinois choisissent le long terme

Calculateurs en diable et très patients, les Chinois basent leurs investissements sur une vision à long terme qui manque parfois aux pays industrialisés. Concernant l’aviation, «leur population de plus d’un milliard de personnes n’a pas du tout encore développé les habitudes de consommation des pays occidentaux et leur potentiel de rattrapage est encore immense dans ce domaine», analyse le Genevois Jonathan Herbert, à la tête de Cologny, le plus important actionnaire de Gategroup avec le fonds RBR.

En s’ajoutant à cette croissance quasiment naturelle, mais sans forcément viser ces fameuses «synergies», soit des économies d’échelles avec des activités existantes, il «est possible qu’HNA puisse de plus obtenir des réductions sur les prix en offrant un paquet combiné avec Swissport et Gategroup», poursuit-il. Se faire racheter par HNA offrirait à Gategroup la possibilité de profiter d’un effet «tout en un». Mais ces changements de propriétaires peuvent aussi être déstabilisants.

Contactée, la compagnie nationale Swiss n’a pas voulu commenter en quoi un changement de propriétaire de Gategroup pourrait remettre en question le gros contrat de 300 millions de francs qu’elle a prolongé avec lui jusqu’en 2019, avec option pour 2020. Dans un contexte plus large, on remarque que l’OPA sur Gategroup s’inscrit indubitablement dans le plan des Chinois de développer leur présence dans les infrastructures européennes.

On se rappelle que l’Agence grecque de privatisations (Hraf) a annoncé vendredi passé avoir signé l’accord pour la cession de 67% de la société du port du Pirée (Olp), le plus grand de la Grèce, au géant chinois du transport maritime Cosco, au prix de 368,5 millions d’euros (401 millions d’euros), pour un accord total portant sur 1,5 milliard d’euros. Ce flair pour signer les bonnes affaires (à long terme) est aussi à l’œuvre dans l’aéronautique, puisque le fonds d’investissements chinois Tzaneen a offert 10 000 euros pour reprendre le deuxième aéroport de Madrid qui avait coûté 450 millions aux contribuables européens. Un consortium chinois vient aussi d’acheter l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Créé: 12.04.2016, 09h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.