Des Chinois rachètent Hollywood

DivertissementPour contrer Disney en Chine, le puissant conglomérat Wanda dépense des milliards pour racheter des studios américains.

AMC, la chaîne privée américaine à l’origine de «The Walking Dead», appartient au conglomérat chinois Dalian Wanda Group.

AMC, la chaîne privée américaine à l’origine de «The Walking Dead», appartient au conglomérat chinois Dalian Wanda Group. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les fans de The Walking Dead l’ignorent pour la plupart. Mais AMC, la chaîne privée américaine à l’origine de cette série, appartient depuis quatre ans déjà au conglomérat chinois Dalian Wanda Group. Ce rachat pour 2,6 milliards de dollars révélait alors pour la première fois des velléités chinoises – en particulier celles d’un homme, le multimilliardaire Wang Jianlin – envers cette branche du divertissement américain.

Depuis le début de l’année, la mainmise de la Chine sur Hollywood s’est nettement accélérée. Dalian Wanda Group a en effet mis la main au mois de janvier sur Legendary Entertainment. Pour 3,5 milliards de dollars cette fois, le conglomérat chinois s’est ainsi offert les studios producteurs de films à succès tels que la dernière trilogie de Batman, les trois films Very Bad Trip ou encore le récent Jurassic World. La chaîne AMC, quant à elle, vient d’annoncer l’acquisition de l’exploitant anglais de salles de cinéma Odeon- UCI pour 1,2 milliard de dollars.

Paramount en ligne de mire

Enfin, il y a un mois environ, la presse américaine a fait allusion à l’existence de discussions entre le groupe chinois et un autre studio emblématique américain: Paramount Picture Corporation. Fondée en 1912, cette société productrice par exemple des films d’Indiana Jones est – avec Universal Pictures – le plus ancien studio de cinéma américain. Mais celui-ci, en mains de Viacom, souffre de dissensions au sein de son actionnariat. Wang Jianlin cherche donc à profiter de la situation pour en obtenir 49% des parts.

Si pour le moment, rien ne s’est encore concrétisé (un second acheteur serait également sur les rangs selon le Wall Street Journal), le richissime Chinois serait plus que jamais à l’affût, prêt à dégainer des milliards pour poursuivre sa stratégie de développement dans le divertissement et parvenir à mettre en touche son principal concurrent en terres chinoises: Disney. «La folie autour de Mickey Mouse et Donald Duck est dépassée», assurait-il sur la chaîne CCTV.

Parc d’attractions

En réalité, derrière ce qui apparaît comme une simple guerre de studios se cachent des enjeux économiques colossaux, orientés sur la problématique du développement des parcs d’attractions en Chine. Le puissant homme d’affaires chinois vient en effet d’inaugurer le sien à Nanchang (sud-est de la Chine), quelques jours après l’ouverture de celui de Disney à Shanghai. Un investissement estimé à 3 milliards d’euros pour le premier, contre 5,5 milliards de dollars pour le groupe américain.

Mais voilà, malgré la teneur locale que souhaite maintenir le milliardaire chinois au sein de ses parcs (six autres sont planifiés dans les trois ans à venir), ce dernier a vite constaté qu’il lui manquait des marques fortes, d’où cette succession de rachats de studios américains légendaires. Une stratégie d’autant plus essentielle que DreamWorks et Universal Pictures ne comptent pas rester longtemps absents de ce lucratif marché du divertissement chinois.

La guerre est donc déclarée dans l’Empire du Milieu entre le groupe de Wang Jianlin et les géants du divertissement américains. «Nous ferons en sorte que Disney ne soit pas rentable sur ce créneau (ndlr: celui des parcs d’attractions) en Chine pendant dix à vingt ans», prédit le richissime entrepreneur chinois.

Créé: 09.08.2016, 21h15

L’échec des Japonais à Hollywood

Il y a vingt-cinq ans, soit bien avant les Chinois, les Japonais avaient tenté une première fois de faire main basse sur les fleurons hollywoodiens. Sony s’offrait alors Columbia Pictures pour 3,4 milliards de dollars de l’époque. Quelques mois plus tard, Matsushita, autre géant nippon de l’électronique, acquérait pour 6 milliards MCA, la maison mère d’Universal Studios. La presse américaine s’était vite affolée, parlant dans Newsweek d’un «Japon envahissant Hollywood».

Cette conquête a toutefois rapidement tourné en eau de boudin. Matsushita a revendu cinq ans plus tard MCA pour 5,7 milliards au canadien Seagram. Quant à Sony, il n’est toujours pas parvenu à rentabiliser son investissement. A tel point qu’au vu de ses difficultés financières actuelles,– 307 millions de francs de pertes au 1er trimestre 2016 –, le géant de l’électronique subit de fortes pressions pour se débarrasser de Columbia. Sans succès pour l’heure. Ces déboires n’empêchent pas Softbank de lorgner très fort DreamWorks Animation. Le producteur hollywoodien de dessins animés connaît en effet une passe difficile, à tel point que son PDG, Jeffrey Katzenberg, chercherait à s’en séparer. O.W.

Wang Jianlin

Selon Forbes, la fortune de Wang Jianlin tournerait autour des 33 milliards de dollars, soit la 18e plus grosse fortune du monde. En Chine, par contre, il est considéré comme étant l’homme le plus riche de son pays, devant Jack Ma, le patron d’Alibaba. Il doit l’essentiel de sa fortune à ses placements judicieux dans le secteur immobilier commercial, puis à sa diversification dans d’autres domaines, dont le divertissement. O.W.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.