Les cigarettes suisses au cannabis qui font planer Coop

ChanvreLa firme Koch & Gsell fait sensation avec un nouveau produit au CBD, en vente chez le détaillant bâlois.

Roger Koch, fondateur de la manufacture de cigarettes Koch & Gsell. Celle-ci vient d’ajouter des cigarettes au chanvre à son assortiment.

Roger Koch, fondateur de la manufacture de cigarettes Koch & Gsell. Celle-ci vient d’ajouter des cigarettes au chanvre à son assortiment. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est l’odeur qui vend la mèche. Si elles ressemblent en apparence à celles d’autres fabricants, les cigarettes Heimat au cannabis portent bien leur nom: elles contiennent du tabac suisse mélangé avec un quart d’herbe légale. Lancé au début du mois de juillet, le produit connaît un succès fulgurant. Le géant bâlois Coop peut en témoigner, lui qui en a ajouté à l’assortiment de 700 de ses magasins. Après quelques jours, il annonçait une rupture de stock dans de nombreuses filiales. La vague du chanvre licite – qui contient moins de 1% de THC, la substance psychotrope, mais beaucoup de CBD, molécule aux vertus apaisantes – a encore frappé. Et ce n’est pas le prix élevé du paquet de vingt cigarettes – 19 fr. 90 – qui s’est mis en travers de sa route.

En un mois, la petite manufacture a écoulé 40'000 à 50'000 paquets, selon son patron, Roger Koch. Qui savoure ce succès en s’allumant une Heimat au CBD dans les bureaux de sa fabrique, à Steinach, en pleine campagne saint-galloise. Cet ancien enseignant à l’allure soignée, reconverti depuis deux ans dans les produits du tabac, a flairé le bon filon. Sur le marché en pleine ébullition du CBD, il est le premier à proposer une déclinaison sous forme de cigarettes. Mais jamais il n’aurait parié sur pareil engouement. «Des médias du monde entier parlent de nous. CNN vient bientôt pour un reportage!»

Dépassé par la demande

La société, qui compte dix-sept collaborateurs dont quatre nouvelles recrues, est dépassée, ne parvenant à livrer que 10'000 paquets par semaine. La demande serait trois à cinq fois supérieure. «Nous venons de réapprovisionner Coop et nos autres clients. Mais d’autres sont intéressés.» Pour augmenter les volumes, une machine de fabrication supplémentaire a été commandée.

En ce début d’après-midi, l’ambiance est frénétique dans la fabrique, baignée dans une odeur de marijuana. La production a commencé à 6 h et se poursuivra jusqu’à 22 h. En ce moment, ce sont les Heimat «normales», sans chanvre, qui sont en train d’être produites. Des tas de tabac sont dispersés au sol, prêt à être coupés, mélangés à la marijuana, roulés et empaquetés. Roger Koch se targue de l’origine 100% suisse de son tabac, une exception dans le monde des cigarettes. Le cannabis, lui, n’est pas entièrement du cru. «Il n’y a pas assez de production indigène. Mais tellement de personnes se lancent que nous devrions pouvoir offrir un produit entièrement suisse avant la fin de l’année.»

Fils d’un ancien conseiller d’Etat PDC, père de cinq enfants, Roger Koch raconte sans sourciller comment son grand-père lui a fait fumer sa première cigarette à 12 ans, et raconté à cette occasion la tradition de la culture du tabac en Suisse. C’est ce jour-là qu’est né le désir de se lancer un jour dans la production de tabac. Les joints par, contre, très peu pour lui. Raison pour laquelle il apprécie le CBD. «Je peux en fumer et travailler en même temps.»

Intérêt à Wall Street

Malgré l’enthousiasme des clients, Roger Koch évoque la dure réalité commerciale. Les marges sont peu élevées, de 1 fr. à 1 fr. 50, et les ressources limitées. «Nous arrivons à peine à tourner.» Il espère néanmoins réaliser un bénéfice l’an prochain. Et croître avec le soutien d’investisseurs. Plusieurs auraient déjà frappé à sa porte, certains provenant même de Wall Street et de Dubaï. Les Suisses, eux, seraient plus frileux. «C’est un produit délicat, suppose l’entrepreneur. Les ventes de cigarettes déclinent et on ne sait pas ce que réserve le futur légal concernant le cannabis. Et si un grand cigarettier se lance, on est mort.»

Il peut dormir sur ses deux oreilles. Contactés, Philip Morris, BAT et Japan Tobacco International disent ne pas vouloir se lancer dans les produits contenant du cannabis légal. Pour le moment. L’Administration fédérale des douanes estime que le marché du CBD à fumer va dégager un chiffre d’affaires de 100 millions par an.

(24 heures)

Créé: 10.08.2017, 07h09

Articles en relation

Des kiosquiers genevois ont écoulé du cannabis illégal

Arrestations Des prévenus sont suspectés d'avoir vendu du produit illégal moins cher que le cannabis légal. Plus...

Le cannabis légal pousse les piscines genevoises à changer les règles

Genève Les bassins genevois ne savent pas comment gérer cette nouvelle donne. A chacun son approche. Plus...

[VIDÉO] La légalité du cannabis prouvée en moins de dix secondes

Lausanne Un doctorant de l’Ecole des Sciences criminelles développe un test rapide et efficace pour analyser le cannabis. Le Graal pour la police et la justice, qui en rêvent. Plus...

Le cannabis légal a son épicerie

C’est quoi ce commerce? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...