Clap de fin strident pour un Yahoo! massivement piraté

InternetDévoilé ce jeudi, le piratage d’un milliard de comptes risque de remettre en cause le rachat du géant américain par Verizon.

La révélation d’une nouvelle faille de sécurité tombe mal pour Marissa Mayer, la CEO de Yahoo!, 
qui essaie tant bien que mal de boucler la vente de ses activités Internet à Verizon.

La révélation d’une nouvelle faille de sécurité tombe mal pour Marissa Mayer, la CEO de Yahoo!, qui essaie tant bien que mal de boucler la vente de ses activités Internet à Verizon. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un milliard de comptes piratés pour environ un milliard d’utilisateurs. En gros, la grande majorité des clients de Yahoo! est concernée», estimait ce jeudi un analyste sur Bloomberg TV. Ce qui apparaît aujourd’hui comme le plus grand vol de données de l’histoire laissait pantois hier.

Par son ampleur, certes, et le fait que sa révélation survienne très peu de temps après l’annonce par le géant américain d’un premier piratage de 500 millions de comptes, mais également par la manière dont il a été décelé. En effet, toujours d’après Bloomberg, ce serait une société externe de cybersécurité qui a découvert que ces données étaient en vente sur le marché noir.

Révélation malvenue

Et quelles données! «Noms, dates de naissance, adresses électroniques, numéros de téléphone ou encore mots de passe et réponses aux questions de sécurité qui permettent de les modifier en cas d’oubli.» La liste est longue. Yahoo! assure toutefois que les hackers n’ont pas réussi à mettre la main sur «les coordonnées bancaires» de ses utilisateurs. Mais quel crédit accorder à une société qui ne semble pas savoir ce qui se passe sous son propre toit?

Cette révélation d’une nouvelle faille de sécurité tombe particulièrement mal pour Marissa Mayer, la CEO de Yahoo!, qui essaie tant bien que mal de boucler la vente de ses activités Internet à Verizon. Durant l’été, une promesse d’achat était évoquée entre les deux groupes pour 4,8 milliards de dollars (4,95 milliards de francs), mais rien à ce jour n’a été signé.

La transaction n’est donc pas finalisée et ils sont nombreux aujourd’hui à se demander si elle ira à son terme. «Cette nouvelle pourrait être le coup fatal qui mettra K.-O. cet accord», estimait un spécialiste dans la presse américaine. Au mois d’octobre déjà, une fois le premier piratage de comptes Yahoo! révélé, le géant américain des télécoms remettait en question son acquisition. Or, à ce moment-là, le vol de données ne concernait «que» 500 millions de comptes.

Un deal revu à la baisse

Contacté hier, un porte-parole de Verizon a répondu au New York Times vouloir attendre les conclusions de l’enquête interne lancée par Yahoo! avant de se positionner clairement et dévoiler la décision finale. Jusqu’ici, le géant des télécoms semblait clairement poursuivre sur la voie de l’intégration des activités de Yahoo! dans sa filiale AOL. Une restructuration y est effectivement en cours, impliquant la suppression de 500 postes.

Si une remise en cause définitive de cette vente semble improbable, il est toutefois fort possible que son prix initial évolue fortement avant toute signature définitive. En défaveur de Yahoo!, naturellement. Au moment de la première découverte, les rabais estimés allaient de 100 millions pour finir à un milliard de dollars… Il y a fort à parier que la ristourne à venir sera désormais encore plus conséquente.

Créé: 16.12.2016, 07h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.