Le climat fait chuter le prix du bois

Industrie forestièreAmorcée après la tempête «Eleanor» de 2018, la baisse des prix du bois se poursuit en 2019. Enquête auprès des scieries romandes.

À la Scierie Zahnd, à Rueyres, les troncs s’amoncellent.

À la Scierie Zahnd, à Rueyres, les troncs s’amoncellent. Image: OLIVIER ALLENSPACH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les scieries suisses croulent sous le travail. Pourtant, rien ne va plus. Les marges des scieurs fondent comme neige au soleil et beaucoup ont fini par jeter l’éponge. Ainsi, ces vingt dernières années, leur nombre est passé de 500 à moins de 200. Un paradoxe car un tiers de la Suisse est composé de forêts, et le bois constitue un matériau de construction très prisé.

Mais pas à n’importe quel prix, comme l’explique Thierry Zahnd, le patron de la scierie de Rueyres: «Les Suisses sont d’accord pour payer jusqu’à 10% plus cher pour du bois local, certifié et durable. Mais aujourd’hui, les produits d’importation coûtent presque 20% de moins…»

Les aléas climatiques

Les aléas du climat (tempête et canicule) compliquent la vie des scieries. Ainsi, en janvier 2018, l’Europe a subi des dégâts importants provoqués par la tempête Eleanor. Rien qu’en Suisse, 1,3 million de mètres cubes d’arbres se sont renversés. Dès le printemps, le prix du bois s’est mis à vaciller. Puis arrive l’été, avec la sécheresse et la prolifération d’insectes (bostryches) qui ravagent les forêts européennes. En novembre 2018, c’est la tempête dans les Dolomites, en Italie, qui vient grossir le stock d’arbres renversés du continent européen. L’offre pléthorique fait s’écrouler les prix du marché, la réaction est immédiate. Selon l’Office fédéral de la statistique, le cours du bois massif – le plus demandé – enregistre une baisse de près de 5% entre janvier 2018 et juin 2019. Pour ne rien arranger, la demande pour les pellets (chauffage) a chuté de 7,2%.

Les scieries suisses affrontent un autre problème: le cours du franc suisse qui ne cesse de se renforcer. «En Allemagne et en Autriche, nos plus grands concurrents, l’industrie du bois reçoit des aides étatiques importantes, contrairement à nous. Ils peuvent ainsi vendre leurs produits à un coût imbattable pour nous», souligne Gaspard Studer, le président de l’Industrie du bois Suisse romande (IBSR). Éric Ochsenbein, directeur du Comptoir du Bois SA, va plus loin: «Les autorités du pays devraient utiliser du bois suisse (et non polonais) pour les traverses des chemins de fer et faire appel aux scieries du pays. Ce sont tout de même nos impôts qui financent ces travaux!»

L’Europe est plus restrictive

La branche déplore en outre l’arrivée sur le marché de bois en provenance de négociants européens, qui trouvent en Suisse un débouché qui leur est fermé en Europe. L’UE exige en effet que les négociants démontrent que le bois vendu en Europe provient d’un commerce légal et non de coupes sauvages. La Suisse, elle, est plus laxiste et subit ainsi une autre forme de concurrence. Une réalité qui pourrait toutefois changer. La conseillère nationale Sylvia Flückiger (UDC/Argovie), présidente de Lignum, souhaite que la Suisse adopte le Règlement sur le bois de l’Union européenne (RBUE), qui limite les importations jugées suspectes.

Créé: 08.08.2019, 20h35

Articles en relation

La récolte de bois a été marquée par les aléas

Suisse La prolifération du bostryche a notamment eu des conséquences sur la récolte de bois en 2018. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.