Le climat met les caisses de pensions sous pression

Finance et réchauffement climatiqueSelon Alliance climatique, les caisses ignorant le défi climatique sont dans «l’illégalité». Berne tranchera d’ici à avril.

Le 28 septembre dernier, les Suisses manifestaient sur la place Fédérale, à Berne, pour protester contre le manque de sensibilisation au climat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La pression monte à l’encontre des caisses de pensions, pointées du doigt pour ne pas suffisamment investir dans la lutte contre le réchauffement climatique, alors que les conclusions du Conseil fédéral sur la question sont attendues dans les prochaines semaines. Mardi, le consortium d’ONG Alliance Climatique Suisse a ainsi dégainé un avis juridique réalisé pour l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) en novembre. Ses auteurs estiment que le droit suisse actuel prévoit déjà «implicitement» que les institutions financières «doivent tenir compte du changement climatique et des risques financiers qui en découlent pour leur activité».

Ne pas prendre ces risques en considération, mais également «des opportunités de rendement découlant de la transition vers une économie verte et renouvelable», relèverait, selon cet avis, d’ores et déjà de «l’illégalité», en enfreignant notamment leur «obligation de diligence». Ce serait notamment le cas de la poursuite de leurs placements dans «l’économie fossile», note le consortium regroupant plus de 80 ONG, de Greenpeace à Actares en passant par Pro Vélo.

«Les placements dans le fossile sont extralégaux»

Un risque juridique?

En juillet 2018, l’Association suisse des institutions de prévoyance (ASIP) prévenait déjà ses ouailles dans ses directives de placement que «les risques climatiques font partie des risques économiques». «Bien sûr, ce risque économique entraîne, in fine, un risque juridique lié au devoir de diligence fiduciaire incombant aux caisses de pensions», précise Yves-Marie Hostettler, représentant Suisse romande de l’ASIP. Ce devoir «les incite à tenir compte des conséquences du changement climatique dans leur politique de placement, dans l’esprit d’une gestion saine et durable des avoirs confiés».

En juin, le Conseil fédéral a créé un groupe de travail chargé d’examiner les questions liées à la finance durable. L’une de ses tâches consiste à étudier une éventuelle modification des règles du marché financier, en lien notamment avec le plan d’action européen en matière de finance durable. Ses conclusions sont attendues d’ici à fin mars. Début décembre, lors d’une nouvelle réunion, le Conseil fédéral a chargé le Département fédéral des finances d’approfondir trois points, parmi lesquels un possible «renforcement de la sécurité du droit», notamment en ce qui concerne les «obligations de diligence des sociétés financières».

Les caisses hésitent

Si la plus grande partie des acteurs du secteur de la prévoyance se targuent de prendre en compte les critères environnementaux ou sociaux – dits ESG – dans leurs placements, leur adaptation à l’urgence climatique reste hésitante dans les faits. Il y a quelques mois, un spécialiste parlait même de «schizophrénie». Peu des grandes caisses de pensions du pays, qui ont en commun la responsabilité d’un deuxième pilier représentant 900 milliards de francs, n’ont ainsi pris position sur l’abandon des placements dans le pétrole ou le charbon.

Leur obligation de diligence exige d’ores et déjà «la révélation des pertes liées aux placements dans les énergies fossiles», dont les rendements sont déjà «inférieurs à la moyenne du marché», rétorque Alliance climatique.

Réchauffement de... 4°C

Le consortium d’ONG a commencé à classer les institutions de prévoyance de pays en fonction de l’intégration du défi climatique dans leurs placements (lire l’encadré). En juin, Berne avait de son côté promis pour 2020 «de nouveaux tests de comptabilité climatique» aux caisses de pensions. Notamment afin de «mettre en lumière les progrès accomplis» depuis les premiers tests en la matière, il y a trois ans.

À l’époque, le rapport rendu par l’Office fédéral de l’environnement estimait que les placements des caisses de pensions suisses finançaient des émissions de gaz à effet de serre «correspondant à un réchauffement climatique de 4 à 6 °C». Soit très loin des objectifs visés par les Accords de Paris sur le climat.

Créé: 09.01.2020, 06h50

Rouge ou verte, votre caisse?

Classement

Le consortium Alliance climatique a entamé une évaluation des placements des grandes caisses de pension, à commencer par leur sortie des énergies fossiles.

Celles assorties d’un macaron rouge sont les moins «climato-compatibles» ou les moins transparentes sur le sujet. Y figurent les troisième et quatrième caisses du pays – celles d’UBS et de Migros – ainsi que Nestlé ou la SSR.

Mais également les caisses de l’État du Valais, de Neuchâtel, de Fribourg ou du Jura. À noter que la Suva et l’AVS, qui ne sont par nature pas des caisses de pension, sont classées rouges.

Celles héritant du critère orange ont «commencé à décarboniser leur portefeuille». Y figurent la caisse de l’Administration fédérale Publica, mais aussi celles de l’État de Genève et de l’État de Vaud.

Enfin, les vertes «s’engagent en premier lieu dans une politique d’investissement systématiquement durable». Y figurent CoOpera, les fondations de prévoyance PUK, de Metron ou Abendrot, Nest ou encore la caisse de Helvetas Swiss Intercooperation.

Articles en relation

Berne prêt à examiner une taxe sur les carburants

Climat Le Conseil fédéral a accepté un postulat exigeant des mesures supplémentaires pour protéger l'environnement. Plus...

Une commission veut taxer l'avion et l'essence

Suisse Indispensable si la Suisse veut atteindre ses objectifs environnementaux, la future loi sur le C02 risque de renchérir certains moyens de transport. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...