Le commerce extérieur français fait naufrage

RésultatsParadoxe de notre voisine: son économie va mieux, mais elle creuse son déficit commercial! Ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour la Suisse.

Le chantier naval du groupe STX, à Saint-Nazaire.

Le chantier naval du groupe STX, à Saint-Nazaire. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les douanes françaises viennent de publier les résultats du commerce extérieur. Ils se révèlent franchement mauvais. Le déficit commercial de la France atteint 34,4 milliards d’euros (38,6 milliards de francs) pour le premier semestre de 2017, le plus piètre résultat depuis 2012. Cela représente une baisse supplémentaire de plus de huit milliards d’euros, par rapport au second semestre 2016. Concernant la Suisse, les exportations françaises ont baissé de 39,4% durant la même période. Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour notre pays, dans la mesure où les Français ont aussi moins acheté de produits suisses (baisse des importations suisses vers la France de 3,2%).

Certes, la facture énergétique accuse une hausse de 2 milliards d’euros au premier semestre 2017. Mais ce facteur n’explique nullement la fatalité baissière qui caractérise le commerce extérieur de la République voisine. Pourtant, son économie semble mieux se porter. Durant les six premiers mois de 2017, ses exportations ont même progressé de 1,3% par rapport au second semestre. Seulement voilà, durant le même laps, les importations ont subi une hausse de 4,7%. Par conséquent, la France continue à éprouver de la peine à vendre ses produits manufacturés sur le marché mondial et ne parvient pas à profiter de la bonne santé économique affichée par la plupart des pays européens. Selon un récent rapport de la Fondation Concorde (laboratoire d’idées français proche du monde des entreprises), la France actuelle «ne produit pas plus de biens manufacturés qu’en 1996» alors que la consommation française de ces biens «a augmenté de plus de 60% depuis cette date».

La France dispose certes d’une industrie lourde mais qui peut la fragiliser par la discontinuité des grosses commandes. Ainsi, la livraison par le français STX en mai au groupe italo-suisse MSC (basé à Genève) du mastodonte des mers, le paquebot MSC Meraviglia, a-t-il creusé le déficit commercial français en juin. Et retrouver une commande d’une telle ampleur ne se fera pas du jour au lendemain. La plupart des économistes désigne l’une des causes du mal français dans le manque de petites et moyennes industries en capacité d’exporter. C’est le tissu dense des PME qui explique en grande partie le dynamisme économique des voisins de la France comme la Suisse ou l’Allemagne. (24 heures)

Créé: 09.08.2017, 19h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...