Dans les coulisses de la Trumpmania à Davos

DavosDès l’instant où le président américain a posé le pied dans la station grisonne, le délire s'est emparé de la foule.

L'arrivée du président américain Donald Trump au World Economic Forum a rassemblé une foule de «curieux» à Davos.

L'arrivée du président américain Donald Trump au World Economic Forum a rassemblé une foule de «curieux» à Davos. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Même les très courtois délégués de Davos finissaient par se pousser des coudes, le regard noir. La foule des tout grands jours se pressait devant la grande salle de la Maison des congrès de Davos. Du jamais vu. CEO et autres pointures de l’économie mondiale attendent depuis plus d’une heure pour avoir leur siège pour le spectacle. Ça aurait pu être les fans surexcités des Rolling Stones. non, c’est « l’animal » Trump qu’ils sont avides de voir. Juger sa gestuelle, jauger son état mental. Sera-t-il agressif, conciliant, provocateur, méprisant? Comment résonnent en vrai ces mots répétés en boucle par Donald sur toutes les télévisions de la planète? « Huge, big, bad, best. America first »? Au final, la bête politique s’est montrée plutôt gentille. Il était là pour attirer les investisseurs de tous les pays.

#TeamTrumpBTS ???? #Switzerland #USA #WEF2018

Une publication partagée par President Donald J. Trump (@realdonaldtrump) le

L’édition 2018du WEF fut celle de Trump, jusqu’à la surdose dans un station où s’est installée une ambiance très spéciale du petit matin au cœur de la nuit. Dès que le jour tombe, le fameux Boulevard de la promenade prend des airs de Times Square avec ses écrans géants où défilent les slogans des géants de la technologie. Les événements et dîners chics se succèdent d’un bout à l’autre du village tout en longueur qui compte quelques douze mille âmes en temps normal. Le mètre de neige tombée lundi à été évacué des routes. Reste la glace sur les trottoirs qui garantit le spectacle aux heures du « rush » piéton.Le soir, la montagne illuminée des puissants projecteurs des ratracs prend des airs fantasmagoriques. C’est dans ce décor que des dames sophistiquées se promènent en moonboots avant de chausser leurs talons à l’entrée des soirées privées sur des banquettes qui leur sont spécialement destinées.

Les milliardaires sont présents aussi, généreux. Steve Forbes, ex-candidat à la présidence des Etats-Unis en 1996, avec l’impôt forfaitaire pour tout programme, accueille son beau monde à l’entrée d’un salon de l’hôtel Belvédère. Il cède avec délice aux selfies en compagnie de créatures qui ne sont pas forcément là pour parler du réchauffement climatique. Son magazine, intitulé « Forbes » en toute simplicité, étalé sur le bar ne laisse pas de doute sur son soutien à Trump. Enfin! Les Trumpistes sont rares à Davos même si le président dispose d’une belle cote dans le monde du big business. Mais ce soir, peu importe, le dynamisme économique donne de bonnes raisons de trinquer, même entre ennemis.

500 mètres de «shuttle» plus loin, changement radical d’ambiance. Le «shuttle», oui, c’est l’incontournable et précieuse navette high tech des foules de Davos. Les “shuttles”, sujet anecdotique, mais qui en dit long sur les moyens apparemment illimités engagés par le WEF pour satisfaire aux exigences d’un petit monde habitué aux plus hauts standards. Les minivans VW, noirs bien sûr, frappés du sceau du WEF, sortent d’usine. Le WEF en a fait venir cent directement d’Allemagne. Deux spécialistes de la marque sont de piquet 18 heures sur 24 en cas d’improbables pépins. Deux risques majeurs pour le voyageur: la neige qui a immobilisé la station lundi pendant des heures. Et la rencontre avec le convoi motorisé de Trump, comme le raconte le chauffeur: un défilé de 25 limousines. Direction, l’Intercontinental, un complexe hôtelier à l’entrée de Davos qui mérite bien son surnom: «Golden egg» ou l’œuf doré. C’est là que le président a établi son camp avec une partie des quelque 600 personnes de sa délégation. Le nombre officiel n’est évidement pas communiqué. C’est secret, comme tout ce qui touche au président. «On nous a interdit de donner toute indication, y compris l’adresse de l’hôtel où il réside, même si c’est un secret de polichinelle», explique encore le chauffeur du «shuttle».

Le minibus arrive à destination alors que la discussion bat son plein: » il parait que Trump ne boit pas et ne fume pas, souligne un passager asiatique. Stop devant le Seehof. Nous sommes à Davos Dorf. Pour la Xième fois, il faut montrer patte et badge blancs, celui qui ouvre toutes les portes.

George Soros offensif

Il est 19h30, cette fois c’est George Soros, un autre milliardaire, qui régale. L’as de la finance hongrois dont la réputation a franchi toutes les frontières, a soigné la mise en scène. Une demi-douzaine d’écrans retransmettent son image alors qu’il délivre son speech annuel, l’un des événements traditionnels de Davos. Soros est un must. Et on ne regrette jamais d’être venu. L’attaque est cinglante, violente même. Sa cible? Trump évidemment. Il traite son administration de «mafieuse». Trump menacerait la paix dans le monde à force de jouer avec les nerfs de la Corée du Nord. L’Américain n’aurait pas encore compris que celle-ci est devenue une puissance nucléaire, dénonce Soros. Il relève, non sans finesse, un mortel paradoxe: pour prévenir une guerre nucléaire, Trump risque de la déclencher. Le locataire de la Maison Blanche menacerait aussi la survie de la planète parce que, là encore, il se refuse à accepter l’évidence du réchauffement planétaire.

George Soros étend la zone de tirs. Il s’attaque aux régimes autoritaires de Hongrie, son pays, et de Pologne, puis flingue les GAFA, les géants de l’ère digitale. Facebook et consorts seraient susceptibles de s’allier un jour avec ces régimes voyous pour mettre sous surveillance la population. Voilà qui fait froid dans le dos de l’assistance. «Mais alors pourquoi investissez-vous dans Facebook?» lance d’une voix puissante un jeune impertinent. George Soros, 87 ans, ne semble pas entendre la question. Le modérateur se précipite pour prendre une autre question. Sourires amusés des voisins de table. À ma droite, un journaliste de la BBC. Sa rédaction a envoyé trente reporters à Davos: «Sans Trump, on serait beaucoup moins ici.» À ma gauche, le grand patron d’Asahi Shinbun, l’immense journal japonais qui tire à près de 10 millions d’exemplaires et emploie 2200 journalistes. Il vient écouter Soros, mais pour mieux comprendre Trump. La veille ce sont des spécialistes de grandes universités, des experts du « Trumpisme »qui , au cours d’un autre dîner, expliquaient la psychologie d’un président guidé par l’émotion. « Ses arguments ne sont pas rationnels. Il vise le cœur des gens. Il a saisi leurs angoisses et leurs frustrations», explique un professeur de psychologie à l’Université de Berkeley en Californie.

Curieuse fascination exercée par ce personnage qui provoque le rejet en Europe. Il y avait cette année un côté cirque Barnum avec des leaders pour spectateurs. Une élite qui se distancie pourtant des mouvements grégaires et autres réactions pavloviennes. Toucher la main de Trump. Le Conseil fédéral lui aussi s’est démultiplié pour le saluer. En vrai. Une rencontre qui est «utile, nécessaire au vu de nos liens importants avec les États-Unis», explique, toujours rationnel, le président de la Confédération. Probable que lui aussi n’échappe pas a une forme d’attraction d’une rencontre unique même s’il est à mille lieues du profil de l’Americain. C’est peut-être bien son caractère imprévisible qui rend l’affiche si alléchante. Et qui explique, peut-être, le délire de l’élite mondiale à Davos. (24 heures)

Créé: 26.01.2018, 19h21

Articles en relation

George Soros s'en prend à Trump et au bitcoin

Davos Le milliardaire a étrillé l'administration Trump à Davos jeudi, s'en prenant aussi aux géants d'Internet et au bitcoin. Plus...

Trump à Davos: «Les Etats-Unis vont très bien»

WEF 2018 Jeudi, l'arrivée du président américain a bousculé la routine des tables rondes et discours consensuels qui rythment le Forum économique mondial. Plus...

Arrivée de Trump: «On peut lui jeter des choses?»

WEF 2018 La venue du président américain à Davos (GR), jeudi, n'est pas passée inaperçue. Les réactions sont diverses. Plus...

Emmanuel Macron peut enfin parler d’égal à égal avec Angela Merkel

Analyse Des économistes franco-allemands ont trouvé le compromis pour réformer la zone euro. Une avancée majeure pour l'économie de l'Union européenne Plus...

À Davos, Alain Berset attend Trump et se fâche avec l’UE

Interview Le président de la Confédération s’en prend à l’Union européenne, qui a remis la Suisse sur la liste grise des paradis fiscaux. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.