Passer au contenu principal

GrècePlan de sauvetage: Athènes fait des concessions

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble affirme qu'une position commune a été trouvée entre les créanciers.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble ici à gauche de l'image, photographié ce 20 février 2017 alors qu'il se montre confiant sur l'avenir de la Grèce.
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble ici à gauche de l'image, photographié ce 20 février 2017 alors qu'il se montre confiant sur l'avenir de la Grèce.
AFP

La Grèce a accepté lundi de faire des concessions pour sortir de l'impasse avec ses créanciers, zone euro et FMI, sur son plan de sauvetage. Athènes a accepté de prendre dès aujourd'hui des mesures qui permettront de remplir les objectifs budgétaires fixés par ses créanciers européens, permettant ainsi d'avancer sur son plan de sauvetage.

«Je suis très heureux du résultat aujourd'hui», a déclaré le président de l'eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, lors d'une conférence de presse après une réunion inhabituellement courte des 19 ministres des Finances de la zone euro.

Après l'annonce de cette concession, les chefs de mission (représentant les créanciers de la Grèce, la zone euro et le FMI) vont pouvoir retourner à Athènes pour finaliser l'accord. Ils «vont travailler avec les autorités grecques sur un paquet supplémentaire de réformes structurelles du système fiscal, du système des retraites et de la régulation du marché du travail», a ajouté M. Dijsselbloem, qui est également le ministre néerlandais des Finances.

Nouvel élan

«Je constate qu'il y a un nouvel élan de ce processus», s'est félicité le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. Avant d'ajouter: «Nous avons franchi un pas important vers une conclusion de la 'seconde revue'», sorte de point d'étape du plan d'aide à la Grèce, qui doit déboucher sur un accord complet et définitif permettant le déboursement d'une nouvelle tranche du prêt de 86 milliards d'euros, consenti à l'été 2015, dans le cadre du troisième plan d'aide.

Depuis des mois, les négociations entre la Grèce et ses bailleurs de fonds --zone euro et FMI-- piétinent, suscitant l'inquiétude croissante des marchés financiers et alors que la tenue d'élections, en mars aux Pays-Bas puis d'avril à juin en France et enfin en septembre en Allemagne, risque de freiner toute prise de décision. Théoriquement, la Grèce a de la marge jusqu'à juillet, mais pas au-delà car elle doit alors honorer des créances de plus de sept milliards d'euros.

Merkel-Lagarde mercredi

Les négociations entre Athènes et ses créanciers butent depuis des mois sur les différences d'évaluation de la situation économique de la Grèce dans les prochaines années et les remèdes à lui proposer.

Non convaincu par les arguments des Européens, le FMI, qui a joué un rôle central lors des deux premiers plans de sauvetage de la Grèce, en 2010 et 2012, est pour l'instant un simple conseiller technique dans le troisième plan et refuse de s'engager financièrement. Le FMI estime tout d'abord que les objectifs budgétaires fixés à Athènes par les Européens sont trop ambitieux: il table sur un excédent budgétaire primaire grec (sans paiement des intérêt de la dette) de 1,5% du Produit intérieur Brut (PIB) en 2018. La zone euro mise elle sur 3,5%.

Pour que l'objectif des 3,5% du PIB soit atteint en 2018 et au-delà --comme l'attendent les Européens--, le FMI demandait au gouvernement grec de pré-légiférer dès maintenant sur des mesures permettant de dégager les 2% du PIB manquants. Deuxième point d'achoppement: le nombre d'années pendant lesquelles la Grèce doit dégager un excédent budgétaire primaire de 3,5% du PIB après 2018.

L'accord sur le plan d'aide scellé à la mi-2015 évoquait laconiquement «le moyen terme». Cette question n'a pas encore été réglée.

Enfin, troisième pomme de discorde: la dette grecque, qui s'élevait à près de 180% du PIB en 2016. Le FMI la juge «explosive» et souhaiterait des allègements significatifs ce que l'Allemagne, premier créancier d'Athènes, refuse.

La réunion de lundi sera suivie par une rencontre mercredi à Berlin qui pourrait s'avérer cruciale entre la chancelière Angela Merkel et la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde. La dirigeante allemande doit ensuite dîner avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.