Passer au contenu principal

Credit Suisse abaisse ses prévisions de croissance

L'année 2017 devrait se boucler sur une note en demi-teinte pour la conjoncture suisse. La banque est plus optimiste pour 2018.

Le secteur de la pharma est toujours considéré comme hautement compétitif.
Le secteur de la pharma est toujours considéré comme hautement compétitif.
Keystone

La reprise économique en Suisse ne sera décidément que modérée en 2017, mais devrait s'accélérer en 2018. Credit Suisse abaisse à son tour ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique à 1%, contre 1,5% en juin.

A l'instar d'autres prévisionnistes, la banque aux deux voiles a pris acte du dernier mauvais trimestre. Pour rappel, le PIB n'a connu qu'une modeste accélération de 0,3% entre avril et fin juin en rythme annuel, après une progression de 0,6% au cours des trois premiers mois de l'année, selon les chiffres du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Pour 2018, Credit Suisse maintient son optimisme, avec une progression escomptée de 1,7%. Grâce à l'amélioration des bénéfices attendue, les entreprises devraient investir davantage. Mais d'ici là, la faible progression de l'emploi limite la croissance de la consommation.

Le fossé se creuse

«Les moteurs de croissance les plus marquants de ces dernières années, comme l'immigration supérieure à la moyenne et le boom immobilier renforcé par les taux d'intérêt extrêmement bas, perdent en dynamisme», observe Oliver Adler. Le chef économiste de Credit Suisse voit un frein à la croissance dans les inefficiences de certaines parties de l'économie.

Le fossé se creuse entre les entreprises et secteurs hautement compétitifs, à l'instar de la pharma ou le négoce, et l'économie intérieure moins productive. Les experts de la banque voient un potentiel d'amélioration du côté des secteurs de l'énergie et de la finance, mais aussi de la santé, du social et de la formation.

Au vu de la faiblesse de la croissance domestique depuis la fin 2016, la Banque nationale suisse (BNS) a déjà raboté ses pronostics la semaine passée, à environ 1% contre environ 1,5% jusqu'ici. Idem chez BAKBasel, qui prévoit un bond de 2,3% en 2018. Le SECO dévoilera quant à lui jeudi ses nouvelles prévisions.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.