Credit Suisse confiante que «la vérité va émerger»

Surveillance d'un ex-cadreAccusée d'espionner un ancien employé, la banque aux deux voiles promet de faire la lumière sur l'affaire.

«SonntagsBlick» et la «SonntagsZeitung» ont écrit qu'Iqbal Khan, ex-cadre de Credit Suisse, et sa femme avaient été poursuivis par trois hommes en voiture alors qu'ils roulaient au centre ville de Zurich.

«SonntagsBlick» et la «SonntagsZeitung» ont écrit qu'Iqbal Khan, ex-cadre de Credit Suisse, et sa femme avaient été poursuivis par trois hommes en voiture alors qu'ils roulaient au centre ville de Zurich. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Credit Suisse promet de faire la lumière sur l'affaire autour d'Iqbal Khan, son ancien responsable des activités de banque privée recruté récemment par UBS pour y codiriger la gestion de fortune. Des scènes de poursuite dignes d'un polar ont été décrites ces derniers jours dans les médias. Credit Suisse les a qualifiées lundi de non exactes.

La banque aux deux voiles, dans une note publiée sur son site intranet et parvenue lundi à AWP, évoque une présentation des faits «sensationnaliste» par les médias et émaillée d'«importantes imprécisions». «Soyez assurés qu'une enquête approfondie a été lancée par le conseil d'administration et que nous sommes confiants que la vérité va émerger», lit-on sous la plume du directeur général Tidjane Thiam et du président du conseil d'administration Urs Rohner.

S'adressant aux employés, les dirigeants les «encouragent à continuer à se concentrer sur les clients, afin de renforcer notre positionnement fort».

Procédure pénale

Depuis vendredi dernier, divers médias ont fait état de scènes à rebondissements dans les milieux les plus huppés de la Bahnhofstrasse. Dimanche notamment, le «SonntagsBlick» et la «SonntagsZeitung» ont écrit qu'Iqbal Khan, banquier star sur les bords de la Limmat, et sa femme avaient été poursuivis mardi passé par trois hommes en voiture alors qu'ils roulaient au centre ville de Zurich.

Le banquier aurait repéré les trois hommes à sa poursuite - des détectives privés, en fait - avant de s'arrêter et de les filmer ou de photographier la plaque numérologique. Les hommes lancés à la poursuite de M. Kahn auraient tenté de lui arracher son portable, à la suite de quoi une échauffourée se serait produite. Les trois hommes auraient pris la fuite, toujours selon les médias, avant d'être interpellés par la police.

La presse dominicale alémanique a relevé que les trois hommes auraient été engagés par Credit Suisse pour surveiller M. Khan, comme la banque aux deux voiles l'aurait reconnu devant la police.

La justice zurichoise avait déjà annoncé vendredi l'ouverture d'une procédure pénale pour contrainte et menaces à la suite d'une plainte d'un dirigeant de banque.

M. Khan (43 ans) avait, de façon inattendue, démissionné de son poste de responsable de la gestion de fortune internationale et de membre de la direction de Credit Suisse.

Fin août, le dirigeant suisse aux origines pakistanaises était annoncé pour reprendre, dès le 1er octobre, la codirection de «Global Wealth management» chez le grand rival UBS. (ats/nxp)

Créé: 23.09.2019, 16h50

Articles en relation

Credit Suisse a espionné un ex-directeur

Banque UBS vient de débaucher l'ancien directeur de la gestion de fortune internationale de Credit Suisse. La banque perdante n'a visiblement pas apprécié. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.