Passer au contenu principal

EconomieCredit Suisse: dépréciation de 2,3 milliards

Suite à l'adoption vendredi de la réforme fiscale aux Etats-Unis, le Credit Suisse a annoncé une dépréciation de 2,3 milliards.

La réforme fiscale américaine incite Credit Suisse à réduire la valeur de ses actifs d'impôts différés aux États-Unis. (Photo d'illustration)
La réforme fiscale américaine incite Credit Suisse à réduire la valeur de ses actifs d'impôts différés aux États-Unis. (Photo d'illustration)
AFP

Credit Suisse annonce une dépréciation de 2,3 milliards de francs. L'adoption vendredi de la réforme fiscale aux Etats-Unis en est la cause.

La réforme fiscale américaine abaisse le taux d'imposition des sociétés de 35% à 21%, ce qui contraint la banque à réduire la valeur de ses actifs d'impôts différés.

Credit Suisse qualifie cette perte d'ajustement comptable ponctuel, avec un «impact minimal» sur ses fonds propres réglementaires, selon un communiqué diffusé vendredi soir par l'établissement bancaire. Elle ajoute maintenir sa politique visant à améliorer le retour aux actionnaires annoncé lors d'une journée avec les investisseurs.

Cette annonce n'est pas une surprise. Début décembre, Credit Suisse avait estimé que la réforme fiscale aux Etats-Unis lui coûterait 2,1 milliards de francs. L'autre grande banque helvétique UBS avait dit s'attendre à devoir passer trois milliards de francs de dépréciations d'actifs d'impôts différés si la réforme était adoptée.

Dans son communiqué, Credit Suisse indique qu'il donnera davantage de détails sur les conséquences de la réforme fiscale lors de la publication de ses résultats le 14 février.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.