Passer au contenu principal

Credit Suisse: objectif de rentabilité raboté

Le numéro deux bancaire helvétique est contraint de diminuer son objectif de rentabilité pour l'année prochaine.

Succursale Credit Suisse à Berne.
Succursale Credit Suisse à Berne.
Keystone

Credit Suisse doit se résoudre à réduire son objectif de rentabilité pour l'année prochaine, avec un rendement des fonds propres (RoTE) de 10%, contre 11-12% auparavant. La grande banque confirme la cible à moyen terme de «plus de 12%». Pour l'exercice en cours, cet indicateur est attendu à 8%.

La rentabilité sera fortement dépendante de la santé des marchés financiers en 2020, avertit mercredi le numéro deux bancaire helvétique, en préambule de sa journée des investisseurs à Londres.

Les actionnaires ne devraient pas être affectés. Credit Suisse s'engage à maintenir le niveau de redistribution de capital, notamment par le versement d'un dividende qui représentera au moins 50% du bénéfice net et qui devrait croître de 5% par an.

Les rachats d'actions vont se poursuivre comme prévu, à hauteur de 1,5 milliard de francs maximum en 2020. Le géant zurichois garantit l'acquisition de titres pour au moins 1 milliard l'année prochaine.

Discipline en matière de coûts

Parallèlement à cette générosité, Credit Suisse s'engage à rester discipliné en matière de coûts. La journée des investisseurs offre également la possibilité à la banque aux deux voiles de faire un point sur la marche des affaires. Dans l'activité stratégique de gestion de fortune, la division International Wealth Management (IWM) devrait évoluer de manière stable, ce qui permettra une «amélioration significative» du RoTE.

La division Apac, dévolue à l'activité de gestion de fortune en Asie-Pacifique, affichera au dernier partiel une bien meilleure performance en comparaison annuelle. Il en ira de même pour l'unité Global Markets (GM), au coeur de la restructuration entre 2015 et 2018.

Changement politique «important»

L'autre division de banque d'affaires Investment Banking & Capital Markets (IBCM) va terminer l'année dans le rouge, prévient le numéro deux bancaire helvétique.

Vaisseau amiral de Credit Suisse, la banque universelle suisse (SUB) pâtit toujours de la faiblesse des taux d'intérêts.

En termes d'investissements, le groupe bancaire a décidé de ne plus financer de quelque manière que ce soit les nouvelles centrales à charbon, un changement de politique qualifié d'«important».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.