Passer au contenu principal

BrexitCredit Suisse se tâte pour rester à Londres ou non

Alors que certaines entreprises, notamment des banques, annoncent des délocalisations suite au Brexit, Credit Suisse n'a encore pris aucune décision.

Le quartier des affaires, Canary Wharf, à Londres, abrite les principales banques européennes.
Le quartier des affaires, Canary Wharf, à Londres, abrite les principales banques européennes.
AFP

«Nous étudions des scenarii, mais rien n'est arrêté pour le moment», a expliqué Tidjane Thiam durant la conférence de presse de présentation des résultats du deuxième trimestre. La banque précisera probablement sa position d'ici à la fin de l'année, a-t-il précisé.

Tidjane Thiam a toutefois relativisé ce dossier: «Ce n'est pas très important par rapport à nos objectifs et notre stratégie à moyen et long termes». Contrairement à Credit Suisse, d'autres entreprises ont déjà pris des décisions ou affichent de sérieuses velléités.

Le secteur financier est le plus concerné jusqu'à présent par la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE), qui pourrait priver les banques installées au Royaume-Uni des fameux «passeports financiers» européens. Ceux-ci permettent à tout établissement situé dans un pays de l'UE de travailler dans les autres pays de l'Union.

Francfort au lieu de Londres

Morgan Stanley a ainsi choisi d'installer à Francfort son nouveau siège pour l'UE. La banque américaine, qui emploie environ 5000 personnes à Londres, va transférer, dans un premier temps, des courtiers et des salariés administratifs sur les bords du Main où ses effectifs passeront de 200 à 400. Des banquiers et des «traders» vont également être transférés à Paris, Dublin, Madrid et Milan.

D'autres banques américaines, comme JPMorgan et Goldman Sachs, ont déjà dit vouloir déplacer des centaines d'emplois de Londres vers le continent, où plusieurs banques européennes (HSBC, Deutsche Bank, UBS) vont renforcer leur présence. Les établissements japonais Sumitomo Mitsui Financial Group et Nomura vont créer, pour leur part, une nouvelle filiale européenne à Francfort.

Hors du secteur financier, la compagnie aérienne easyJet a annoncé qu'elle va renforcer son activité en Europe aux dépens de Londres à cause du Brexit. Autre exemple: au printemps, le fabricant d'alcool Diageo avait confirmé la délocalisation d'une centaine d'emplois en dehors du Royaume-Uni, en partie du fait de la sortie de l'UE.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.