Passer au contenu principal

PrévisionsLa croissance économique devrait ralentir au 2e trimestre

Selon les experts, la croissance économique de la Suisse sera moins marquée au deuxième trimestre 2013.

La croissance économique suisse sera moins importante au deuxième trimestre.
La croissance économique suisse sera moins importante au deuxième trimestre.
Keystone

Après une progression de 0,6% au cours des trois premiers mois, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté entre 0,2% et 0,5%, selon les prévisions d'économistes sondés par l'ats.

«La croissance du premier trimestre a été exceptionnellement forte. L'économie suisse ne peut tenir un tel rythme», explique Fabrizio Quirighetti, chef économiste de la banque Syz & Co. Une progression de 0,6%, comme celle observée au premier trimestre, signifie une hausse annualisée d'environ 2,5%, alors que la croissance tendancielle s'établit autour de 1,5%.

L'expert prévoit ainsi un ralentissement de l'évolution du PIB au deuxième trimestre de 0,2% par rapport au trimestre précédent et de 1,7% sur l'année. Pour rappel, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a annoncé au mois de mai une augmentation du PIB de 1,1% au premier trimestre par rapport aux six premiers mois 2012.

La même progression trimestrielle ( 0,2%) est attendue par Daniel Kalt, économiste en chef d'UBS, en raison de la forte consommation des ménages. Ce facteur est déterminant aussi pour sa prévision sur base annuelle, estimée à 1,3%.

Climat de consommation soutenu

«L'économie suisse s'est fortement redressée depuis la récession en 2009 et a réalisé au cours des derniers trimestres une croissance économique très solide grâce à une conjoncture interne forte», spécifie-t-il. Globalement, le rôle central de la consommation est souligné par tous les experts interrogés.

Les migrations toujours stables sont pour le chef économiste d'economiesuisse Rudolf Minsch à la base de la forte demande indigène. «Notre appréciation de la situation est légèrement plus positive pour le 2e trimestre. Nous tablons sur une croissance de 0,9%», dit-il en référence à la même période 2012.

Chez Gonet & Cie, Roland Duss projette une croissance de 0,5% par rapport au premier trimestre, grâce également au surplus commercial. La plus grande contribution au PIB relèverait toutefois des entreprises, qui ont augmenté leurs investissements en raison d«une disponibilité de liquidités abondante et d«un besoin d'accroître leur productivité.

Sur un an, l'économiste prévoit une progression de 1,4% grâce à la hausse réelle des salaires et à la situation favorable sur le marché de l'emploi influençant positivement la consommation. Le tourisme, en particulier grâce à la hausse des nuitées, apportera aussi une contribution positive.

Hausse des exportations à court terme

Le facteur de l'investissement devrait être en revanche «très légèrement négatif» à cause de l'effet de base et de l'incertitude de la demande en matière de construction, indique M. Duss. «On observe une certaine stagnation dans le domaine de la construction de logements», confirme Rudolf Minsch.

Janwillem Acket, de Julius Baer, s'attend une amélioration de 0,25% en glissement trimestriel. Avec la consommation, les exportations nettes contribueront le plus à la croissance du PIB, estimée à 0,25% par rapport aux six premiers mois 2013. L«évolution économique un peu plus positive dans l'Union européenne a été bénéfique pour les entreprises exportatrices, poursuit M. Minsch.

Par rapport au deuxième trimestre 2012, toutefois, les exportations nettes n«auraient contribué à la croissance de l'économie suisse que de façon secondaire. «Les exportations stagnent», affirme le chef économiste d'economiesuisse. Quant aux dépenses de l«Etat, plusieurs experts sont d«accord sur leur rôle marginal dans ce contexte.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.