Passer au contenu principal

PrévisionsCroissance modeste attendue en Suisse en 2016

Le taux de chômage va poursuivre sa progression. Il devrait atteindre 3,8% à la fin de l'année.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Keystone

L'économie suisse devrait rester sous pression cette année encore. L'industrie des exportations semble avoir passé le creux de la vague, mais le taux de chômage devrait progresser, pesant sur la consommation, estiment les économistes de Credit Suisse.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse devrait augmenter de 1% en 2016, contre 0,9% en 2015, a indiqué la grande banque mardi dans son Moniteur Suisse confirmant ses précédentes prévisions. En 2017, la croissance pourrait s'accélérer et atteindre 1,5%, selon ses économistes.

Le secteur exportateur ne devrait contribuer que faiblement à l'évolution économique, même si un retournement de tendance est visible depuis le quatrième trimestre. Le franc ne va plus s'apprécier, mais il reste surévalué. Et la pression sur les marges ainsi que les baisses de coûts vont encore dominer l'actualité économique, remarquent les experts de Credit Suisse.

Chômage à la hausse

Le taux de chômage va poursuivre sa progression. Il devrait atteindre 3,8% en fin d'année. Un grand nombre des emplois perdus en raison de la vigueur du franc devraient cependant être recréés à moyen terme, relativise l'étude.

En revanche, si dans le passé le marché suisse du travail a bien maîtrisé le changement structurel et compensé en quelques années l'intégralité des disparitions de postes par de nouveaux emplois, le processus pourrait être plus laborieux dans le cycle actuel marqué par la faible croissance mondiale.

Dans l'industrie, certains processus à plus long terme comme l'externalisation, la numérisation et l'automatisation se sont en outre récemment accélérés.

Consommation retenue

En général, la hausse du taux de chômage affaiblit la propension des ménages à consommer, note Credit Suisse. La consommation privée devrait atteindre 1%. Son principal moteur reste la croissance de la population et celle de l'immigration, qui devrait toutefois faiblir légèrement, elle aussi, selon ses prévisions.

Quant au renchérissement, il restera négatif. Le niveau des prix devrait baisser pour la cinquième année consécutive, de 0,5%. Mais l'inflation devrait se stabiliser en 2017.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.