Passer au contenu principal

Début de grand suspense dans les aéroports, grâce à Donald Trump

Les nouvelles mesures de sécurité, édictées par le 45e président des Etats-Unis, risquent de provoquer des bouchons et des tensions dans les aérogares.

Des contrôles accrus sont à prévoir dans les aéroports.
Des contrôles accrus sont à prévoir dans les aéroports.
Keystone

Un grand suspense commence dans les aéroports, du fait de nouvelles mesures de sécurité édictées par Donald Trump. Aux premières heures du vendredi 30 juin, le fameux «travel ban» est entré en force. Cette réglementation interdit à tout ressortissant de six Etats, jugés dangereux par le 45e président des Etats-Unis, d’entrer sur le territoire américain: Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. Les voyageurs disposant d’une deuxième nationalité, étrangère à ces six pays, sont toutefois les bienvenus chez l’Oncle Sam. Cette nouvelle réglementation impose évidemment un gros supplément de tâches de contrôles aux frontières et dans les compagnies d’aviation.

A notre connaissance la journée de vendredi s’écoule encore sans difficulté particulière à Genève Aéroport. Porte-parole de l’établissement, Mathilde Boillat rappelle que tous les contrôles accrus de chaque passager concernent les services de l’immigration et les compagnies aériennes. D’où un risque.de bouchons dans les flux de passagers.

«Nous avons reçu les nouvelles consignes de l’US Transportation Security Administration, concernant les ressortissants d’Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. Nous sommes en contact étroit avec les autorités compétentes pour nous conformer aux nouvelles dispositions réglementaires», relève Meike Fuhlrott, porte-parole de Swiss International Air Lines.

«Examens plus complets»

Parmi les nouvelles mesures américaines, concernant le transport aérien, n’oublions pas celle liée aux appareils électroniques: les engins d’une longueur de plus de 16 centimètres, d’une largeur de plus de 9,3 centimètres et d’une épaisseur de plus de 1,5 centimètre ne sont désormais plus admis dans les bagages à main de voyageurs embarquant sur certains long-courriers. La liste des appareils prohibés, depuis mars dernier, ne se limite de loin pas aux seuls ordinateurs portables et autres tablettes. Elle comprend aussi les liseuses, les consoles de jeux, les lecteurs de DVD et de nombreux appareils photographiques. Les autorités américaines redoutent que ces objets permettent de dissimuler des explosifs.

En Europe, ces mesures avaient en grande partie été adoptées également par la Grande-Bretagne. Les autorités suisses, allemandes et françaises s’étaient cependant montrées beaucoup moins enthousiastes. Puis, tout à coup, le Department of Homeland Seciruty (DHS) américain nous a réservé une grande surprise mercredi dernier, le 28 juin: les vols en provenance d’Europe ne sont plus concernés par l’interdiction des laptops. Washington a néanmoins imposé un délai de trois semaines à 180 compagnies aériennes pour élaborer des «examens plus complets», visant à accroître les capacités de détection d’explosifs. Cette nouvelle tolérance requiert donc la plus grande prudence. Les transporteurs ont du pain sur la planche et les contrôleurs de bagages doivent eux-mêmes se préparer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.