La démographie pourrait pénaliser les propriétaires

ImmobilierSelon les experts de Credit Suisse, les ventes de PPE et de villas devraient chuter dès 2018 et ne pas se reprendre avant 2040.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Est-ce le moment de devenir propriétaire? En période de taux au plus bas, la question n’est de loin pas anodine et beaucoup se la posent. Elle se justifie d’autant plus que le marché est en train de se retourner. «S’il n’est pas encore sorti d’affaire, le risque d’une bulle immobilière semble désormais écarté», constatent par exemple les experts de Credit Suisse dans une étude présentée hier. Après des années de surchauffe, un équilibre se dessine enfin entre l’offre et la demande en PPE (propriété par étage) et villas sur fonds des nombreuses régulations imposées par Berne pour freiner l’accès à la propriété. Du coup, les prix devraient se contracter.

Le poids des loyers

«Cette tendance risque fort de se confirmer dans les régions où les niveaux atteints sont tellement élevés qu’ils ne correspondent plus aux revenus moyens des ménages (voir infographie ci-contre)», explique Sara Carnazzi Weber, responsable de la recherche chez Credit Suisse. En janvier, l’étude d’UBS «Real Estate Focus 2016» annonçait déjà la perspective d’une contraction des prix d’environ 1%.

Le décalage croissant entre locataire et propriétaire joue également en faveur du second. «Sur l’arc lémanique, il est clair qu’il est aujourd’hui plus avantageux d’être détenteur d’un bien immobilier que d’être astreint à payer chaque mois un loyer», rappelle Philippe Kauffman, économiste chez Credit Suisse.

Conclusion corroborée par les analystes d’UBS. Ceux-ci évoquaient en effet dans leur étude le fait que «les frais courants d’un logement en propriété sont depuis deux ans inférieurs aux coûts de location d’un objet équivalent». A moyen terme, toutefois, la question démographique pourrait aller en défaveur des propriétaires dont l’âge moyen est passé de 54 à 57 ans en quinze ans. «Un fossé s’est creusé entre les générations», signalent les experts de la grande banque. Du coup, au vu des prévisions démographiques actuelles, ces derniers s’attendent d’ici à deux ans à un fort tassement de la demande de logements en propriété et donc, dans le futur, à une dévalorisation des biens immobiliers.

«Si les facteurs d’influence que sont les prix et les taux d’intérêt ne changent pas drastiquement, la demande de logements en propriété devrait dans un premier temps se maintenir (autour de 23 000 unités). Mais dès 2018 déjà, les ventes devraient passer sous le seuil des 20 000 unités et ne plus se reprendre», peut-on lire dans leur étude.

Entre 2030 et 2040, en raison du vieillissement de la population, le nombre de nouveaux propriétaires pourrait ainsi tomber à 9000 ménages, contre 16 000 une décennie plus tôt. La commercialisation de certains objets (surtout dans le haut de gamme) se révèle d’ailleurs déjà difficile.

La pierre séduit toujours

Or, en parallèle, aucun signe ne laisse augurer d’un ralentissement des investissements dans la pierre. Au contraire, la demande en permis de construire est toujours aussi dynamique. «Il faut dire que pour les investisseurs, en termes de rendement, ce marché est toujours aussi attractif», assure Sara Carnazzi Weber (24 heures)

Créé: 02.03.2016, 08h44

Articles en relation

Acheter n'est pas toujours moins cher que louer

Immobilier Dans les grandes villes et les communes en bordure de lac, la location reste plus avantageuse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...