Deutsche Bank doit tout dire sur ses relations avec la famille Trump

JusticeLe procureur spécial états-unien, Robert S. Mueller, impose un énorme effort de transparence à la plus grande banque allemande.

Robert S. Mueller a été nommé pour conduire l’enquête sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie.

Robert S. Mueller a été nommé pour conduire l’enquête sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Incident majeur sur la place financière new-yorkaise! Le procureur spécial Robert S. Mueller vient d’intimer un ordre hautement délicat à Deutsche Bank: tout dire sur les affaires en cours avec la famille Trump et les comptes de ces clients si proches de la Maison-Blanche. Citée par le quotidien allemand HandelsBlatt, la direction de la première banque d’outre-Rhin ne manifeste guère d’intention de résister: «Nous travaillons toujours, et partout, dans tous les pays, en coopérant avec les autorités judiciaires.»

A vrai dire, la filiale américaine de Deutsche Bank a reçu le courrier de Robert Mueller il y a déjà plusieurs semaines. Même sans aucune information confirmée sur son contenu, il est évident que l’assignation adressée à l’établissement est liée aux fonctions de ce magistrat. Robert S. Mueller a été nommé pour conduire l’enquête sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie, visant à manipuler les dernières élections présidentielles américaines.

Noms des cibles

Dans ce contexte, un élément fondamental de la procédure n’est pas encore connu et il peut en plus évoluer: les injonctions de l’ex-directeur du FBI (Federal Bureau of Investigation), de 2001 à 2013, portent-elles aussi sur les relations d’affaires avec Donald Trump lui-même ou se limitent-elles à celles entretenues avec ses proches. C’est-à-dire avant tout son épouse Melania, sa fille Ivanka et son beau-fils Jared Kushner.

Le choix de Deutsche Bank comme première cible bancaire dans cette procédure ne surprend pas. Avant de devenir le 45e président des Etats-Unis, Donald Trump était un fidèle client de cet établissement. En tant qu’agent et promoteur immobilier, le New-Yorkais l’appréciait notamment pour y solliciter du crédit. Le montant global des sommes prêtées s’est parfois élevé jusqu’à 430 millions de dollars (425,7 millions de francs), selon les médias américains. Lorsque le locataire actuel de la Maison Blanche a procédé récemment à la publication d’informations sur ses propres comptes, incluant fortune et dettes, le total de ses emprunts n’excédait cependant pas 130 millions.

Banque sous surveillance

Contrairement à ce que l’on serait tenté de supposer, cette nouvelle grande épreuve de transparence, imposée à Deutsche Bank, n’est pas si douloureuse qu’il n’y paraît. Celle-ci découle d’une procédure qui ne la vise pas. Les enquêtes sont en effet dirigées contre la famille Trump. Des investigations internes, chez Deutsche Bank, n’auraient en outre démontré aucune relation douteuse entre les Trump et la Russie jusqu’à maintenant. La direction se réjouirait donc que la justice arrive à son tour à des conclusions similaires, si ce n’est identiques.

D’autant plus que la banque allemande se trouve toujours sous la surveillance des autorités de plusieurs Etats, du fait d’une grosse affaire de blanchiment d’argent en Russie. Deutsche Bank a en plus dû souscrire à d’onéreux accords avec certaines chancelleries, du fait des contrôles internes trop laxistes qui lui étaient reprochés. L’établissement a ainsi dû payer 466 millions de dollars aux Etats-Unis et 163 millions de livres (217,03 millions de francs) outre-Manche.

Avec une bonne procédure judiciaire, à laquelle participe Robert S. Mueller, ex-flic jouissant d’une excellente réputation au Department of Justice), la grande banque de Francfort espère en outre échapper aux tiraillements de la politique intérieure américaine, aux interminables échauffourées entre démocrates et républicains.

Créé: 05.12.2017, 13h10

Articles en relation

Deutsche Bank: la lueur d’un redressement

Finance La banque solde son litige avec la justice américaine. Un pas décisif pour le retour de la confiance au sein de l’établissement. Plus...

La Deutsche Bank fait craindre le krach

Lettre d’Europe - Le Figaro Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.