Passer au contenu principal

CommerceDeux départs au sein de la direction de Migros

La Fédération des coopératives du géant orange enregistre deux démissions.

L'an dernier, M-Industrie a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 900 millions, sur un total de 6,52 milliards pour l'ensemble du secteur.
L'an dernier, M-Industrie a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 900 millions, sur un total de 6,52 milliards pour l'ensemble du secteur.
Keystone

La direction générale de la Fédération des coopératives Migros enregistre deux départs. Walter Huber, responsable des entreprises industrielles du premier détaillant helvétique (M-Industrie) ainsi que Hansueli Siber, en charge du Département marketing, abandonneront leurs fonctions dans le courant de l'an prochain.

Tous deux entendent à l'avenir se concentrer sur des questions liées à la stratégie en qualité d'administrateurs, ressort-il du communiqué diffusé mercredi par la Fédération des coopératives Migros (FCM). Agé de 61 ans, Walter Huber dirige M-Industrie, unité englobant 25 entreprises de production opérant en Suisse et neuf firmes implantées à l'étranger, depuis 2008.

Sous la direction de Walter Huber, les industries Migros ont affiché une vigoureuse expansion, en particulier à l'étranger. L'an dernier, M-Industrie y a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 900 millions de francs, sur un total de 6,52 milliards pour l'ensemble du secteur. Les capsules de café, le chocolat, les cosmétiques et le fromage ont dopé les ventes à l'exportation, en progrès de 10,1%.

A fin 2017, M-Industrie employait 14'031 collaborateurs soit 640 de plus qu'une année auparavant. A l'étranger, ses effectifs totalisaient 1228 personnes.

Réorganisation

Agé pour sa part de 52 ans, Hansueli Siber dirige le Département marketing depuis 2014. Avec les 10 coopératives régionales du géant orange, cette unité se concentre sur une activité générant des revenus de près de 13 milliards de francs.

Fin juin, la FCM a confirmé la suppression sur trois ans des 290 postes à plein temps dans le cadre d'une restructuration de ses services administratifs centraux, lesquels emploient quelque 2700 salariés. La réorganisation intervient dans le cadre du programme d'économie «Fast forward», prévoyant de fusionner des départements, d'arrêter des projets informatiques et de réduire les dépenses marketing.

Malgré des ventes en hausse, Migros a vu sa rentabilité chuter l'an passé, pour un 3e exercice consécutif. Reflet de marges sous pression dans un secteur en mutation et de charges en hausse, le numéro un helvétique du commerce de détail a dégagé un bénéfice net de 503 millions de francs, 24,2% de moins qu'en 2016. Le chiffre d'affaires a lui crû de 1,2% à 28,1 milliards.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.