Ils devront faire leurs preuves pour être payés

BombardierFace au tollé, les patrons de Bombardier reculent sur leurs rémunérations. La moitié de leurs salaires de 2016 devrait être reportée à 2020.

Alain Bellemare réagit suite à la polémique sur les salaires des dirigeants.

Alain Bellemare réagit suite à la polémique sur les salaires des dirigeants. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alain Bellemare, le directeur général (CEO) de Bombardier, a demandé au conseil d'administration de reporter en 2020 le versement de plus de la moitié de la rémunération totale de 2016 de six dirigeants. Le constructeur d'avions et de trains a dit dimanche que le versement ne se ferait que si certains objectifs de performance sont réalisés.

Bombardier devrait tenir compte de la colère suscitée au sein de la population canadienne par les hausses de salaires accordées l'an passé à ses dirigeants, jusqu'à quasiment 50% pour Alain Bellemare, alors qu'il a supprimé des milliers d'emplois, avait estimé jeudi dernier Dominique Anglade, la ministre de l'Economie du Québec.

La rémunération totale des cinq principaux dirigeants du groupe et du président de son conseil d'administration a bondi à 32,7 millions de dollars (environ le même montant en francs) l'an dernier, contre 21,9 millions un an plus tôt, montre un document publié mercredi en prévision de l'assemblée générale prévue le 11 mai.

Colère

Les Québécois ont exprimé leur colère jeudi dernier sur les réseaux sociaux et à la télévision alors que Bombardier a annoncé en 2016 deux vagues de licenciements concernant au total 14'500 personnes sur deux ans dans différents sites à travers le monde.

En outre, une manifestation de protestation a été organisée dimanche devant le siège social de Bombardier à Montréal. Pierre Beaudoin, le président du groupe, avait demandé vendredi au conseil d'administration de ramener sa rémunération au niveau de celle de 2015.

La polémique est d'autant plus forte que, pour surmonter ses graves difficultés financières liées à son programme d'avions CSeries, Bombardier a bénéficié d'un investissement d'un milliard de dollars du Québec puis d'un prêt de près de 300 millions de dollars du gouvernement fédéral canadien. (ats/nxp)

Créé: 03.04.2017, 11h13

Articles en relation

Un patron renonce à son augmentation XXL

Bombardier Cinq autres dirigeants du groupe aéronautique Bombardier sont toujours au coeur de la polémique. Plus...

La glissade se poursuit pour Bombardier

Mécanique Le groupe canadien a annoncé une perte nette de 971 millions de francs, jeudi. Plus...

Après les licenciements, Bombardier vise les profits

Transport Le groupe canadien espère retrouver les chiffres noirs ces prochaines années après sa restructuration. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.