«A moins de la diriger, Berlin doit quitter la zone euro»

Crise de la detteCommander l'Europe ou quitter le navire: l'Allemagne doit faire son choix. Pour Georges Soros, l'avenir de la monnaie unique repose entre les mains de Berlin.

Le milliardaire Georges Soros est connu pour ses activités de spéculation sur les devises.

Le milliardaire Georges Soros est connu pour ses activités de spéculation sur les devises. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En juin dernier, Georges Soros avait proclamé qu’il ne restait plus que trois mois aux dirigeants pour sauver l’union monétaire. Ou sinon, elle éclaterait. Aujourd’hui, le célèbre financier milliardaire met en garde l’Allemagne, dans plusieurs médias dont le Financial Times ou encore le New York Review of Books. Berlin doit choisir : diriger la zone euro d’une main de fer… ou la quitter.

Selon l’investisseur de 82 ans, qui a souvent déploré «l’attitude allemande», Berlin mène la zone euro droit dans le mur en exerçant sa politique d’austérité «obsessionnelle».

Jeudi dernier, la Banque Centrale européenne (BCE) annonçait son plan de rachat de dettes souveraines «illimité» pour les pays de la zone euro en difficulté. Un plan soutenu par Angela Merkel, mais rejeté par la banque centrale allemande.

Pour Georges Soros, cette décision «va permettre de sauver l’euro». Cependant, l’Europe sera toujours déchirée entre les pays débiteurs et créditeurs. «Tôt ou tard, les débiteurs refuseront ces conditions, prédit-il sur le site Project Syndicate. Il pourrait en résulter un éclatement désordonné de la zone euro qui détruira également l’Union européenne. Plus cet éclatement surviendra tard, plus il sera catastrophique.»

Le coup serait terrible

Dans le cas de figure où elle prend le pouvoir au sein de l’Union européenne, l’Allemagne devrait lancer «le moteur d’une politique de croissance» et faire tout son possible pour venir en aide aux États en détresse. Sur la base d’une union politique solide, elle instaurerait une véritable mutualisation des dettes souveraines.

Si Berlin quitte la zone euro, le coup serait «terrible» au niveau politique, mais bénéfique sur le long terme. La monnaie unique se déprécierait, permettant aux pays débiteurs d’accroître leur compétitivité, réduire leurs dettes et profiter de la chute des coûts d’emprunt.

«Que l’Allemagne décide de diriger ou de partir, ce sera toujours mieux que de créer une Europe à deux vitesses condamnée à disparaître», conclut l’investisseur devenu célèbre notamment grâce à ses spéculations contre la livre britannique en 1992.

Créé: 10.09.2012, 15h52

Articles en relation

La BCE va racheter sans limite de la dette des Etats

Zone euro La Banque centrale européenne (BCE) va intervenir de manière illimitée sur le marché de la dette des Etats. Elle va également alléger une nouvelle fois ses critères pour les garanties exigées en contrepartie des prêts. Plus...

La BCE priée de dévoiler son plan pour la zone euro

Politique monétaire Les attentes qui pèsent sur la réunion jeudi de la Banque centrale européenne sont énormes. Son président Mario Draghi est censé y dévoiler les contours d'un nouveau plan de rachats d'obligations publiques. Plus...

Le milliardaire George Soros investit dans Manchester United

Foot Le milliardaire américain George Soros est devenu un actionnaire de Manchester United. Il a acquis 7,85% des titres de l'équipe échangés à Wall Street. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.