Des dizaines d'employés quittent Salt sur une base volontaire

TélécommunicationsIls sont 67 à s'être inscrits dans un plan de départs volontaires lancé en septembre.

Le siège de Salt, basé à Renens (VD).(Photo d'illustration)

Le siège de Salt, basé à Renens (VD).(Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines d'employés de l'opérateur téléphonique Salt, basé à Renens (VD), vont quitter l'entreprise. Ils sont 67 à s'être inscrits dans un plan de départs volontaires lancé en septembre. Ils bénéficieront des mêmes conditions que lors d'un licenciement.

Soixante-sept personnes ont postulé pour ce plan de départs, mais c'est maintenant la direction qui décidera qui sera pris en compte, a expliqué samedi à l'ats Elvira Bruggmann, porte-parole de Salt, confirmant une information du blog «high-tech & telecom» de Xavier Studer. Le nombre total de départs n'est donc pas encore connu.

Les personnes concernées travaillent dans le service d'appui («back office») mais pas dans les magasins ou au service à la clientèle. Elles bénéficieront de compensations comparables à celles qui sont attribuées en cas de licenciement. «Une somme forfaitaire sera déterminée selon plusieurs critères, notamment l'ancienneté dans l'entreprise», explique Mme Bruggmann.

Beaucoup de changements

S'agissant des raisons qui ont motivé ce plan de départs, la porte-parole se refuse à parler de mesures d'économies. «Beaucoup de choses ont changé en peu de temps dans l'entreprise, et c'était un bon moment de poser la question aux employés de savoir s'ils s'identifient encore à la société et s'ils ont envie de rester».

Un développement de Salt en France est aussi évoqué. «Il s'agit d'un partenariat avec l'Ecole 42», précise Elvira Bruggmann. Cette école est un institut de formation créé à Paris par le propriétaire Xavier Niel.

Pour mémoire, l'opérateur a pris le nom de Salt à la mi-avril dernier. Il avait été racheté fin 2014 pour 2,8 milliards de francs à la société britannique de participation Apax par NJJ Capital, la société holding personnelle de Xavier Niel. En Suisse, Salt emploie environ 900 personnes, dont 300 dans le service d'appui. (ats/nxp)

Créé: 10.10.2015, 12h11

Articles en relation

Salt. va baisser ses tarifs et veut ouvrir de nouveaux magasins

Télécommunications Salt. promet des offres de téléphonie mobile de 45% inférieures à celles de ses concurrents. L'opérateur pense aussi ouvrir de nouveaux magasins. Plus...

Pour le patron de Salt, le changement de nom valait la peine

Télécommunications Johan Andsjö, directeur de Salt, reste convaincu de l'opportunité d'avoir changé le nom de l'opérateur. Plus...

Salt. a amélioré ses résultats au premier trimestre

Télécommunications Salt. (ex-Orange Suisse) a vu son chiffre d'affaires augmenter de 3,3% au premier trimestre 2015. Le nombre total d'abonnés s'est par ailleurs étoffé de 0,9% par rapport à la même période de l'année précédente. Plus...

Orange Suisse s'appelle désormais Salt.

Changement d'image L'entreprise acquise par Xavier Niel lance une opération de changement de nom, qui lui coûtera environ 40 millions de francs. Sa nouvelle identité a été dévoilée ce jeudi à 19 heures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.