Un dollar fort affecte les ventes de Syngenta

AgrochimieLes ventes du groupe bâlois ont reculé au premier trimestre 2016. La faute à la monnaie américaine.

Image: ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe agrochimique bâlois Syngenta a vu son chiffre d'affaires reculer de 7% au premier trimestre 2016, à 3,7 milliards de dollars (3,56 milliards de francs). Cette baisse reflète la vigueur du dollar sur la majeure partie des trois premiers mois de l'année.

A taux de change constants, les ventes sont en effet restées stables, relève mercredi Syngenta dans un communiqué. Quant aux volumes, ils enregistrent une baisse de 2%.

Les prix ont affiché une hausse de 2%. Celle-ci est en partie attribuable aux augmentations constatées dans les pays de la Communauté des Etats Indépendants (CEI) pour compenser l'impact de la dépréciation des monnaies, note le groupe bâlois.

Baisse des prix agricoles

Les ventes en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient (EMEA) ont reculé de 4% ( 6% à taux de change constants) à 1,71 milliard de dollars. Syngenta souligne toutefois que la croissance a été maintenue, malgré un moral des producteurs en demi-teinte, en particulier en France, dans un contexte de baisse des prix agricoles.

En Amérique du Nord, les ventes ont faibli de 3% (-2% à taux de change constants) à 986 millions de dollars. Les ventes de produits de protection des cultures ont reculé, notamment en raison de la réduction volontaire des ventes du glyphosate.

Les ventes de semences se sont par contre accrues, enregistrant notamment une solide performance du maïs, largement liée aux revenus générés par les accords de licence. L'ensemble du portefeuille de fongicides a également progressé, profitant en particulier d'une croissance solide des nouveaux produits.

L'Amérique latine a connu un repli de 19% (-12% à taux de change constants), à 399 millions de dollars. De son côté, la région Asie-Pacifique a enregistré une chute de 14% (-10% à taux de change constants), à 430 millions, notamment à cause de mauvaises conditions météorologiques provoquées par El Nino.

De son côté, la petite unité Lawn and Garden (produits de jardinage), dont les ventes sont comptabilisées à part, a vu son chiffre d'affaires croître de 4% ( 10% à taux de change constants), à 180 millions de dollars. La croissance a été portée par le segment de lutte anti-vectorielle en Afrique et au Moyen-Orient et par les marchés du gazon et des espaces verts aux Etats-Unis.

Attentes comblées

La performance d'ensemble s'inscrit dans le cadre des projections des analystes consultés par l'agence financière awp, qui articulaient en moyenne 3,74 milliards de dollars. Les régions EMEA, Amérique du Nord et Asie Pacifique ont quelque peu déçu, tandis que l'Amérique latine a offert une résistance inattendue.

«Sur l'ensemble de l'exercice, nous entendons maintenir notre chiffre d'affaires à taux de change constants, en prenant appui sur la contribution des nouveaux produits», a déclaré le directeur général John Ramsay, cité dans le communiqué.

Ce dernier a également réaffirmé la priorité accordée au programme de levier opérationnel. Il a par ailleurs précisé que le groupe se trouve en bonne voie pour réaliser son objectif, revu à la hausse, de 300 millions de dollars d'économies supplémentaires en 2016.

Déterminée à améliorer la rentabilité des activités dans les semences, la direction indique être prête à considérer, dans certains domaines, des possibilités de coentreprises, d'acquisitions ou de cessions.

Rachat pas menacé

En voie de rachat par le conglomérat chinois ChemChina, pour un montant de 43 milliards de dollars en liquide, Syngenta rappelle que les appels d'offres publics suisse et américain ont été ouverts le 23 mars dernier. La transaction devrait être conclue d'ici à la fin de l'année.

A ce propos, John Ramsay a assuré à awp que le rabais de 10% que présente le cours du titre par rapport au prix de rachat ne constitue pas une menace pour l'opération. «Il s'agit d'un cas de figure fréquent lors de processus de reprises et ne constitue pas un phénomène exceptionnel», a assuré le directeur général, qui estime en outre disposer d'un fort soutien des actionnaires. (ats/nxp)

Créé: 20.04.2016, 08h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.