Passer au contenu principal

Conseil fédéralEconomiesuisse prône la concordance au gouvernement

Le président d'Economiesuisse, Heinz Karrer, est favorable à un deuxième siège au Conseil fédéral pour l'UDC.

Heinz Karrer, président d'Economiesuisse.
Heinz Karrer, président d'Economiesuisse.
ARCHIVES, Keystone

Une répartition des sièges au Conseil fédéral tenant compte de la concordance arithmétique est «impérative», selon le président d'Economiesuisse, Heinz Karrer. Il n'a toutefois pas de favori.

«L'UDC doit recevoir deux sièges en vertu de la formule magique», déclare Heinz Karrer dans un entretien diffusé dimanche par le journal alémanique NZZ am Sonntag. «Nous avons toujours dit, que la concordance et donc la formule magique doivent être appliquées». Et cette revendication s'est accentuée avec les élections du 18 octobre, selon lui. «Les trois plus grands partis ont droit à deux sièges, le quatrième un seul».

Pour Heinz Karrer, une telle répartition est nécessaire, car tous les Suisses attendent que «le Conseil fédéral trouve des solutions collectivement». C'est pourquoi le responsable demande aussi à l'UDC «de respecter la concordance et de s'engager de manière constructive».

Les finances en mains bourgeoises

Interrogé sur son candidat préféré, le président d'economiesuisse déclare laisser ce choix aux politiciens. Mais en raison des grands défis à venir pour le département des finances, dirigé actuellement par la PBD grisonne Eveline Widmer-Schlumpf, il estime souhaitable que celui-ci reste en mains bourgeoises.

Heinz Karrer appelle à une prise en compte des intérêts économiques dans la mise en œuvre de son initiative anti-immigration, acceptée par le peuple le 9 février 2014. «Nous l'attendons du Conseil fédéral et aussi de l'UDC», martèle-t-il.

Il milite à nouveau fortement pour l'instauration d'une clause de sauvegarde, qui permettrait de limiter l'immigration tout en préservant les accords bilatéraux avec l'Union européenne. «Plusieurs UDC se sont exprimés de manière constructive» sur une telle approche, relève-t-il.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.