Economiesuisse ne sort pas indemne de la votation

Initiative MinderDéjà contestée par différents courants à l'interne, economiesuisse subit l'ire de nombre de ses membres suite à la votation sur l'initiative contre les salaires abusifs.

Jean-François Rime ne s'inquiète pas des menaces, passées ou présentes, de plusieurs organisations de quitter economiesuisse.

Jean-François Rime ne s'inquiète pas des menaces, passées ou présentes, de plusieurs organisations de quitter economiesuisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sans vouloir tout jeter, les membres d'economiesuisse attendent autocritique et réactions. J'imagine qu'une discussion est prévue prochainement», note Jean-François Rime selon lequel «il faut surtout que la faîtière se pose des questions en rapport au prochain événement, l'initiative des jeunesses socialistes sur les salaires dite 1:12».

Président de l'USAM, Jean-François Rime tient pourtant à garder une certaine retenue, parce qu'il participe en tant qu'invité aux séances du comité directeur d'economiesuisse. Il ne croit pas que des erreurs graves ont été commises durant la campagne; c'était simplement impossible de gagner, surtout après l'affaire Vasella, a répété le Fribourgeois lundi.

Contrairement à ce qu'a prétendu Pascal Gentinetta dimanche, il n'est pas déjà prévu que l'USAM gère cette prochaine campagne, selon un principe d'alternance. Rien n'a encore été fixé, a assuré Jean-François Rime lundi.

Menaces de sécession

Le président de l'USAM ne s'inquiète pas des menaces, passées ou présentes, de plusieurs organisations de quitter economiesuisse. L'association de l'industrie des machines Swissmem ou la Société suisse des entrepreneurs avaient voulu claquer la porte il y a sept ans, s'estimant insuffisamment défendues. Toutes deux avaient fait machine arrière après qu'economiesuisse eut lancé une réforme structurelle.

Plus récemment, c'est la Fédération horlogère (FH) qui a fait acte de sécession, s'estimant elle aussi pas assez défendue, notamment dans le dossier Swissness. Au-delà du cas du «swiss made», le patron de Swatch Group Nick Hayek n'a pas mâché ses mots. A economiesuisse, «nous avons besoin de représentants crédibles et non de fonctionnaires d'un lobby», déclarait-il dans un entretien accordé à 20 Minuten Online la semaine dernière.

A ses yeux, economiesuisse doit changer de mentalité pour empoigner les vrais problèmes de la place économique helvétique. Selon lui, le départ de la FH constitue un signal qu'un grand changement est nécessaire au sein de l'organisation. Pour Jean-François Rime, les faîtières sont confrontées au problème de ne pouvoir satisfaire tout le monde.

Circonstances atténuantes

Des divergences de vue ne suffisent pas à justifier un abandon du navire, a déclaré Martin A. Senn, vice-directeur de constructionsuisse, la faîtière des entrepreneurs. Ce dernier continue de croire qu'economiesuisse s'active dans l'intérêt de ses membres. La défaite de dimanche n'est pas une raison de laisser tomber.

Et Martin A. Senn d'affirmer que «l'économie doit continuer de se battre pour ses positions dans le processus politique. Il n'en ira pas autrement avec la prochaine initiative 1.12».

Prêt à quitter economiesuisse il y a sept ans, constructionsuisse trouve aujourd'hui, via son vice-directeur, des circonstances atténuantes à la faîtière. La campagne n'est pas seule en cause; le long processus parlementaire qui a accouché d'un contre-projet a ajouté de la complexité au problème, selon Martin A. Senn.

Problème d'image

Quelle qu'ait été la campagne, le résultat ne pouvait pas être différent. Rejoignant Jean-François Rime et Pascal Gentinetta sur ce point, Martin A. Senn souligne aussi le problème d'image dont souffre non seulement economiesuisse mais l'économie toute entière.

Pour y répondre, le vice-directeur de la Fédération des entrepreneurs réclame des efforts, avant tout des grandes entreprises, afin de remettre au premier plan l'important rôle que joue l'économie pour la société. «Il est plus facile de défendre un boulanger qui est quotidiennement au contact de la clientèle que de grands groupes réalisant des milliards de chiffres d'affaires», fait valoir Martin A. Senn.

Deux millions d'emplois

En tant qu'organisation faîtière des entreprises suisses, economiesuisse représente plus de 100'000 entreprises de toute taille qui emploient plus de 2 millions de personnes au total en Suisse. Plus de 100 associations de branche, 20 Chambres de commerce cantonales et un certain nombre d'entreprises sont membres de l'association. (ats/nxp)

Créé: 04.03.2013, 15h45

Articles en relation

Bruxelles salue le vote sur les salaires abusifs

Initiative Minder La Commission européenne a «pris acte» lundi du «vote important» intervenu en Suisse pour limiter les rémunérations des dirigeants d'entreprises. Plus...

«L’exemple suisse devrait faire école en Europe»

Presse internationale La presse étrangère s’intéresse au plébiscite de l’initiative Minder, qui a même temporairement fait la une des sites des grands quotidiens. Plus...

Le oui à l'initiative Minder, un avertissement à l'élite

Votation Le plébiscite de l'initiative Minder est considéré par la presse comme un avertissement lancé à l'élite économique mais aussi politique. Plus...

«Minder est une exception dans l’histoire suisse»

Analyse Salaires exagérés et soutien aux familles: deux votes qui vont faire date, selon le politologue Pascal Sciarini qui analyse le résultat des votations de ce 3 mars. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.