Les éditeurs s'empoignent sur la pub pour la SSR

LucerneAu Swiss Media Forum, la société publicitaire Admeira, coentreprise de la SSR, de Swisscom et de Ringier, a été fortement contestée par les éditeurs privés.

Pietro Supino au Swiss Media Forum ce 14 septembre 2017.

Pietro Supino au Swiss Media Forum ce 14 septembre 2017. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Même avec moins de moyens à disposition, il faut garantir et même améliorer la qualité de l'offre des médias», a déclaré le président des éditeurs alémaniques Pietro Supino dans un discours prononcé au Swiss Media Forum. Même après des années d'ajustements, les entreprises ont encore de nombreuses possibilités de concentrer leurs forces.

Tiraillée entre les objectifs de diversité et de qualité, la branche mise plutôt sur la qualité, a affirmé celui qui est aussi président de Tamedia (éditeur de 24 heures). Le plus grand groupe de médias privés en Suisse a récemment annoncé la création de deux rédactions centralisées, l'une pour la Suisse romande et l'autre pour la Suisse alémanique.

Seuls des médias forts, dotés de suffisamment de moyens, sont en mesure de jouer leur rôle de quatrième pouvoir, a insisté Pietro Supino. Le président de la fédération des éditeurs alémaniques Schweizer Medien a aussi souligné l'importance de la formation de base et continue des journalistes.

Pietro Supino a encore assuré que les journaux, donnés pour condamnés par certains, allaient continuer à offrir pour un moment encore une expérience de lecture que ne peuvent offrir les plateformes online. Aucun autre support ne donne plus efficacement que le papier une vue d'ensemble approfondie, selon lui.

Gare aux Fake News

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a pour sa part mis en garde contre la diffusion des fausses nouvelles. Les Fake News sont aux antipodes de ce que le journalisme a toujours poursuivi, à savoir la recherche de la vérité.

«Lorsque des absurdités sont montées en épingle politiquement et vendues comme des news, et que l'on appelle cela du journalisme, alors les médias ont un problème», a lancé la ministre de la justice.

Simonetta Sommaruga prend les préoccupations des éditeurs au sérieux et s'est dite ouverte à leurs propositions. «Car notre démocratie a besoin des médias, et cela dans toute leur diversité. Un seul journal ne peut à lui seul dépeindre toute la réalité. Il les faut tous», a martelé la conseillère fédérale.

Guerre de tranchées

Le Swiss Media Forum a donné lieu à un échange musclé entre M. Supino et le CEO de Ringier Marc Walder à propos de la société publicitaire Admeira. Cette coentreprise de la SSR, de Swisscom et de Ringier est fortement contestée par les éditeurs privés.

Le président de Tamedia a reproché à M. Walder d'avoir mis sur pied Admeira avec une «opération commando» réalisée dans le dos de Schweizer Medien, alors qu'une solution impliquant toute la branche aurait été possible. Le directeur général de Ringier a vivement réagi et qualifié les propos de M. Supino de «Fake News» indignes d'un président des éditeurs.

«De plus, les portes en vue d'une coopération avec les éditeurs restent grandes ouvertes», a affirmé M. Walder. Face à des concurrents comme Facebook et Google, il est irresponsable de se livrer à des guerres de tranchées en Suisse, a-t-il ajouté.

Peter Wanner, éditeur de l'«Aargauer Zeitung», a appelé Admeira à accorder aux autres médias un accès sans discrimination aux données qu'elle récolte sur le public. Toute autre attitude reviendrait à fausser la concurrence.

Marc Walder a fait valoir que Swisscom, entreprise cotée en bourse et organisée de manière privée, ne pouvait pas livrer toutes les données à sa disposition. Et que la SSR ne livrait pas de données à Admeira.

(ats/nxp)

Créé: 14.09.2017, 21h40

Articles en relation

Manifeste de Schweizer Medien pour la diversité

Médias La fédération des médias alémaniques demande une meilleure aide financière à la presse écrite et une suppression de la publicité à la SSR. Plus...

Bund et Berner Zeitung: journalistes inquiets

Médias Les projets de regroupement voulus par Tamedia suscitent les craintes du personnel. Celui-ci a manifesté jeudi. Plus...

Tamedia: bénéfice net en hausse au 1er semestre

Médias Le groupe de presse zurichois a dégagé un bénéfice net en hausse de 37,1% sur les six premiers mois de l'année, à 76,6 millions de francs. Plus...